AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Silent Shadows [Rémus/Marlène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




Invité


MessageSujet: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Ven 7 Juin - 16:12


Silent Shadows
Le monde a parfois des couleurs qu'on ne reconnaît pas, des senteurs étrangères qui procurent des impressions étranges et c'est ce qui fait sa beauté et sa complexité. Mais encore faudrait-il prendre le temps d'observer tout ce qui nous entoure afin d'en capter la réelle signification. Certains pensent que notre quotidien est rempli de signes qu'il faut apprendre à voir et à comprendre. Selon eux notre destin ou karma est déjà tout tracé et on peut facilement savoir quel chemin prendre sans se tromper si on sait observer ce qui nous entoure. Des signes qui ne trompent pas mais qu'il ne faut pas non plus sur-interpréter, à défaut de faire les mauvais choix. Marlène Mc Kinnon était une fervente admiratrice de cette théorie qu'elle essayait d'appliquer au quotidien. Elle avait appris à voir les signes et à les utiliser. C'est un peu comme lire dans le marc de café ou dans les résidus de thé au fond d'une tasse sauf qu'elle lit ce qui l'entoure. Vous comprenez donc pourquoi la jeune femme se retrouve dans la forêt interdite à la tombée de la nuit alors qu'elle est, comme son nom l'indique, interdite.

Quelques jours auparavant Marlène avait rencontré un problème avec un Sombral alors qu'elle faisait une course à balai avec Sirius O. Black sur le terrain de Quidditch. Un sombral, qui n'avait pas apprécié le comportement de la ravissante brune dès son arrivée à l'école cette année, avait décidé de se venger quitte à la blesser. Bien qu'elle soit très observatrice, elle reste hautaine et sûre d'elle et ça a le don d'agacer beaucoup d'êtres de Poudlard. Après s'être remise de sa chute, elle a enfourchée son balai pour entrer dans la fameuse forêt et aller à la rencontre du Sombral avec qui elle avait eu un différend. Son comportement était extrêmement dangereux mais elle se demandait si tout n'était pas simplement un signe. Et si toute cette histoire l'avait amené jusqu'ici pour une bonne raison ? Mc Kinnon n'avait rien d'une froussarde et mis à part les vampires, elle trouvait ça amusant de s'aventurer là où tous les élèves évitaient de mettre les pieds.

Le soleil venait de disparaître et un léger brouillard avait pris possession des lieux. L'ambiance était lugubre et pesante. Parfois les branches craquaient et des murmures se faisaient entendre. La forêt n'avait rien de rassurant mais elle voulait à tout prix régler son histoire avec les Sombrals pour ne plus avoir de problèmes comme celui rencontré précédemment en plein vol.

-Dans quoi j'me suis encore fourrée moi ?

Ce n'était pas dans son habitude de s'aventurer ici et elle pourrait se faire renvoyer de l'école si Albus Dumbledore l'apprenait. Aucun des professeurs n'approuverait sa théorie sur le destin, jugeant son comportement irresponsable. Marlène n'était pas un exemple à suivre pour les petits nouveaux de l'école, mais elle le serait encore mois si ça venait à se savoir. Pourtant, il lui était à présent impossible de faire demi-tour. Dans la vie il y a les peureux qui ne font jamais rien et ceux qui prennent des risques par curiosité ou fierté. Une vie sans danger n'a aucun intérêt, n'est-ce pas ?

Baguette glissée dans son pantalon et balai à la main, elle s'engouffra un peu plus dans l'épaisse forêt. Une branche déchira son pantalon noir lorsqu'elle l'emjamba. Son debardeur blanc n'était plus si blanc et une branche ou... quelque chose du moins, avait griffé sa joue droite jusqu'au sang, lui arrachant un gémissement de douleur et d'agacement. Il devrait être 21h et pourtant on se croirait au beau milieu de la nuit. Parfois elle pensait voir des ombres au loin alors elle se mettait à courir dans leur direction mais rien ne s'y trouvait une fois sur place. Heureusement, avec son balai elle n'aura qu'à prendre de la hauteur pour retrouver son chemin mais ici il était impossible de s'y retrouver.

-Aaaaaaaaaaaahhhhhhhh

Elle poussa un cri strident quand, en passant près d'un arbre, les branches s'enroulèrent autour de ses bras puis de son buste. Marlène lacha son balai et brandit sa baguette pour se libérer mais sa baguette tomba au sol. Elle commença à se débattre en vain, l'arbre était en train d'en faire sa prisonnière. Marlène Mc Kinnon était bloquée contre le tronc, elle pouvait seulement voir sa baguette et son balai, seuls témoins de ce malheureux accident.

-Et m*rde...
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Gryffondor

avatar


Remus J. Lupin


Ϟ ARRIVÉE A LONDRES :   29/05/2013
Ϟ PARCHEMINS :   101
Ϟ ANNÉE :   6ème
Ϟ BAGUETTE :   Bois de cerisier, crin de licorne
Ϟ EPOUVANTARD :   La pleine lune, et ses trois meilleurs amis morts.
MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Dim 9 Juin - 21:36



Silent Shadows


feat Marlène&Remus



La rentrée avait eu lieu à peine quelques jours auparavant. Juste une petite semaine. Et déjà de vieilles habitudes étaient revenues au sein des Gryffondors. Surtout au sein des Maraudeurs en fait. James courrait après Lily – quoique, cette année il semblait le faire avec un peu moins de lourdeur et un peu plus d'intelligence. On était encore loin de parler de subtilité ceci dit. Peter semblait soulagé de retrouver enfin ses amis, et il se plongeait ardemment dans les cours. Sirius faisait des blagues, cherchait à rendre fous professeurs et préfets. Et enfin, Remus, comme à son habitude, travaillait beaucoup, et parlait peu au reste du monde. Mais ce soir là, il n'avait pas la tête à travailler. Non, ce soir là, une toute autre affaire occupait les pensées du lycan. Depuis plusieurs jours, il était comme obsédé par un renard. Une renarde pour être tout à fait précis. Et c'était un animagus. Depuis que Remus avait fait le lien entre cette nuit de pleine lune, et l'animal il ne cessait de se demander de qui il pouvait bien s'agir. Il se montrait depuis nettement plus observateur pendant les cours, essayant de détecter qui pouvait être cette personne. Mais même ses sens légèrement plus développés que la normale (un bien maigre avantage à sa condition) ne lui servaient à rien. Alors que pourtant, il était capable de reconnaître au son les pas de James ou de Sirius, à l'odeur Lily et Noée... Mais là, rien, aucun indice. Il avait un vague souvenir de l'odeur de la renarde, qui était animale tout en étant légèrement florale, humaine. Cependant, rien qui ne permettait de recouper avec une étudiante. Alors, il avait cherché les signes distinctifs. Après tout, chaque humain qui devenait animagus gardait tout de même une caractéristique physique, comme les lunettes de McGonagal, ou la forme légèrement en trompette du nez de Peter. Mais là, rien non plus ! Cette histoire le déroutait complètement.
Jusque là, seul Sirius était au courant, mais si la question l'avait surpris, elle semblait l'avoir moins secoué que Remus. Ce n'était même pas qu'il craignait tant que cela pour son secret – bien sûr, il avait peur, mais ce n'était pas la motivation première, car si la renarde avait du parler, elle l'aurait déjà fait. Non, il s'agissait plus de curiosité. Qui d'autre était assez talentueux et assez dingue pour se changer en animal, sans l'aide de personne et si jeune ? Oui, il fallait que Remus sache, définitivement.

Alors, il avait décidé de revenir là où tout avait commencé. La forêt interdite. Un peu avant la nuit tombée, Remus avait pris son sac, et emprunté la cape d'invisibilité de James. Il y tenait comme à la prunelle de ses yeux, mais il savait que d'une, Remus en prendrait grand soin, deux, s'il l'empruntait pour sortir seul en pleine nuit, c'était pour une bonne raison. Alors Remus s'en était drapé, se retrouvant indétectable. Il était sorti rapidement, et arrivé à l'orée du bois, le soleil s'était déjà couché, et le brouillard du crépuscule avait fait son apparition. Remus en général n'aimait guère cette ambiance. Entre chien et loup, c'était l'instant où une fois par mois, il se métamorphosait. Heureusement, il lui restait une grosse semaine avant la pleine lune de septembre. Sans se départir de la cape, histoire de ne pas effrayer la renarde s'il venait à la rencontrer, il pénétra dans la forêt. Il la connaissait bien. Il n'en avait pas peur. Après tout, il savait qu'il n'avait rien à craindre des histoires de grand méchant loup. Il était le grand méchant loup. Cette pensée l'amusa quelque peu, alors qu'il s'enfonçait de plus en plus profondément entre les arbres. Désormais, il ne voyait plus le ciel étoilé. Remus ferma les yeux tout en avançant. S'il se concentrait, il pouvait s'orienter sans y voir, juste en sentant, et en écoutant. Il sentait l'odeur humide du bois, la mousse, l'odeur du vent. Il sentait les feuilles des buissons frôler ses bras. Il entendait le bruissement des branches au dessus de sa tête. Il entendait les oiseaux de nuit. Il entendait un mulot gratter le sol sur sa droite. Il entendait...

Un hurlement. Remus ouvrit grand les yeux, tandis que son rythme cardiaque s'accélérait. Ca, ce n'était pas habituel. Un hurlement dans la forêt interdite, cela ne lui disait rien qui vaille. Il se précipita vers la source du cri. C'était un cri féminin. Dans sa tête, plusieurs scénarios se déroulaient. Et s'il s'agissait de la renarde ? Si elle avait eu un problème, et qu'elle avait du se métamorphoser de nouveau en humaine ? Là, ç'aurait été une situation face à laquelle il n'aurait pas su réagir. Mais fort heureusement, il s'agissait de quelque chose de familier. Lorsqu'il parvint jusqu'à la personne, il trouva Marlène McKinnon, prisonnière d'un arbre, et en train de se débattre comme une diablesse. Il haussa les sourcils et ôta discrètement la cape tout en la rangeant dans son sac. « Cesse de te débattre. » dit-il en s'approchant doucement de Marlène. La voix de Remus était ferme, sans être violente. Il fallait vraiment qu'elle se calme. « C'est un filet du diable, plus tu vas te débattre, plus il va serrer. Il faut que tu te calmes, Marlène. » et il continuait tout en s'approchant doucement. Si elle ne se calmait pas très vite, il allait falloir qu'il lance un sort à l'arbre. Et c'était intéressant malgré tout, Remus ignorait que l'on trouvait des filets du diable dans la forêt interdite.

Il fallut quelques minutes pour que l'arbre relâche enfin McKinnon. Lorsqu'elle fut de nouveau libre de ses mouvements, Remus se remit à respirer. Il n'avait pas remarqué qu'il avait retenu son souffle. Il tendit à Marlène sa baguette qu'il avait ramassée à quelque pas de là. Et enfin, pour la première fois, Remus porta son regard ambré sur sa camarade de maison. Son débardeur était tâché, et sa joue saignait. Lupin leva les yeux au ciel. « Pour l'amour de Merlin, Marlène, qu'est ce que tu fais dans la forêt ? » demanda Remus en soupirant, une lueur de désapprobation dans le regard. Son côté préfet ressortait soudainement. Marlène n'avait rien à faire là, la forêt n'était pas son univers. Elle aurait pu se faire attaquer par bien pire qu'un filet du diable.



(c) alysha

_________________
    Remus J. Lupin
    Weep for yourself, my man, you'll never be what is in your heart. Weep, little lion man, you're not as brave as you were at the start. Take all the courage you have left, wasted on fixing all the problems that you made in your own head
Revenir en haut Aller en bas




Invité


MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Dim 9 Juin - 23:58


Silent Shadows
Se retrouver dans ce genre de situations c'était totalement banal dans le monde de la magie. D'ailleurs, Marlène n'avait jamais eu peur de mourir après sa rencontre avec des vampires à l'âge de 12 ans à Belfast et son face à face avec la mort ce soir-là. Depuis, tout lui semblait presque commun et cet arbre qui était en train de la compresser, ne lui faisait pas peur du tout. Par contre, cette situation l'énervait au plus haut point. Elle qui ne supporte pas qu'on la contrôle et qui n'aime pas perdre son temps, elle était dans une situation critique. Agacée, elle ne cessait de se débattre pour se dégager, oubliant au passage que bien évidemment plus elle tirait dessus et plus les branches se resserraient autour de son corps. Arriva un moment où la jeune femme éprouvait beaucoup de difficultés à respirer. Elle avait terriblement honte de la situation dans laquelle elle s'était mise et imaginait déjà les grands titres: "La jeune fille des Mc Kinnon a été retrouvée morte étouffée par un filet du diable". Ce n'était pas très héroique comme mort et ses parents n'en seraient pas fiers. Elle acceptait de mourir mais la tête haute avec sa baguette à la main et non bêtement comme n'importe quel moldu aurait pu le faire.

Concentrée sur l'arbre elle se demanda si une possible transformation ne l'aiderait pas à se sortir de tout ça. Désespérée elle tenta une nouvelle fois de bouger puis grimaça de douleur quand les branches se resserrèrent contre sa poitrine. Sa respiration se fit plus saccadée et lente quand une voix parvint à attirer son attention. C'était celle d'un homme qu'elle n'a pas reconnu tout de suite à cause de l'obscurité et du manque d'air qui l'obligeait à voir un épais brouillard face à elle. Suite aux conseils du jeune homme elle se calma et ferma les yeux, manquant de perdre connaissance. Heureusement, les branches lâchèrent grâce à l'inconnu et elle put reprendre son souffle, mains sur les genoux et tête baissée.

-mer... merci...

Marlène se redressa en passant une main dans ses cheveux et à sa grande surprise elle vit le visage du mignon préfet de Gryffondor. Ses doigts se refermèrent sur sa baguette qu'il lui tendait et elle posa un regard plein de reconnaissance sur le jeune homme. Elle aurait voulu hurler, se plaindre et même tout détruire pour se défouler mais il venait de la sauver et en plus il s'agissait de son préfet. N'oublions pas non plus qu'elle n'était pas censée se trouver ici en plein milieu de la soirée et qu'elle était dans un piteux état. A dire vrai, elle n'était pas vraiment fière que son préfet ait dû la sauver. Alors la jeune femme plongea ses yeux dans les siens et s'apprêtait à parler quand ses yeux captèrent son attention. Ils étaient brillants et couleur caramel, ils étaient fascinants et le charme du jeune homme ne la laissa pas indifférente.

-Je... suppose que je n'ai pas le droit de mentir mmhh ?

Un bref soupir passa la barrière de ses lèvres alors qu'elle baissa les armes, cette mésaventure l'avait quelque peu chamboulée.

-J'ai eu un différend avec un Sombral... je peux les voir... et l'autre jour j'ai été irrespectueuse envers l'un d'entre eux, il m'a attaqué sur le terrain de Quidditch pendant un entraînement... Je suis tombée de mon balai et...

Les yeux baissés elle secoua légèrement la tête, le regard perdu dans le vague. Elle repensait à ces visions qu'elle avait eues mais aussi à sa violente chute. Si Sirius n'avait pas été là elle ne serait peut être pas revenue à elle avant un bon moment. Le plus douloureux avait été de ressentir à nouveau cette douleur de tristesse au fond de ses entrailles qu'elle avait ressentie en voyant ses deux cousins se faire déchiqueter par ces vampires. Mais elle ne pouvait pas tout raconter à Rémus, c'était bien trop douloureux et personnel, c'était son point faible. Alors elle se contenta de relever les yeux pour le regarder.

-Il faut que je m'excuse avant qu'il recommence. Je ne peux pas expliquer pourquoi mais je n'ai pas aimé ce qu'il m'a fait voir...

Marlène se rapprocha alors du jeune homme et le supplia du regard en posant une main sur son bras délicatement.

-Aide-moi s'il te plaît...

Il était préfet et il faisait appliquer le règlement de l'école à la lettre. Si Albus apprenait son escapade elle se ferait sans doute renvoyer de l'école. Pourtant, elle avait besoin de régler cette histoire au plus vite.

-Tu pourras avoir ce que tu désires en échange... Je t'en prie Rémus c'est important....
© fiche créée par ell



Dernière édition par Marlène McKinnon le Mar 11 Juin - 14:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Gryffondor

avatar


Remus J. Lupin


Ϟ ARRIVÉE A LONDRES :   29/05/2013
Ϟ PARCHEMINS :   101
Ϟ ANNÉE :   6ème
Ϟ BAGUETTE :   Bois de cerisier, crin de licorne
Ϟ EPOUVANTARD :   La pleine lune, et ses trois meilleurs amis morts.
MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Mar 11 Juin - 3:18



Silent Shadows


feat Marlène&Remus



Parfois Remus se disait qu'il était un bien piètre préfet. Oh, certes il avait toutes les motivations qui auraient pu faire de lui un bon préfet, il désirait protéger les membres de sa maison – parfois fallait-il les protéger d'eux même – et les aider autant qu'il le pouvait. Il était suffisamment sérieux pour cela. Et pourtant, il avait bien du mal à s'opposer à ses amis. Trop de cœur était et serait toujours le problème de Remus à n'en pas douter. Si au moment où il se prépare à vous punir, vous lui lancez un regard de chiot battu, nul doute qu'il reviendra sur sa décision. Et il n'avait en cet instant précis, aucune illusion : il savait qu'il ne parviendrait pas à punir Marlène – et pourtant elle le méritait. Mais lui mettre une heure de retenue ou enlever des points à Gryffondor ne la dissuaderait pas de se mettre dans des situations dangereuses. Etrangement, McKinnon était de la même trempe que les maraudeurs : et ça, ce n'était pas une bonne nouvelle.
« Je suppose que je n'ai pas le droit de mentir ? » soupira Marlène. Remus secoua la tête. Ce n'était même pas la peine d'essayer. Remus avait beau être très mauvais pour punir les autres, il était par contre très doué pour détecter les mensonges.

Vint enfin l'explication réclamée par Remus. Marlène baissait de plus en plus la tête au fur et à mesure qu'elle parlait, et il semblait à Remus que le regard de la jeune fille se perdait loin, comme si elle pensait à autre chose. « J'ai eu un différend avec un Sombral... je peux les voir... et l'autre jour j'ai été irrespectueuse envers l'un d'entre eux, il m'a attaqué sur le terrain de Quidditch pendant un entraînement... Je suis tombée de mon balai et.. » Elle s'arrêta, comme totalement perdue dans ses pensées. Et il fallait dire que, même pour Remus c'était compliqué. Un sombral en colère. On lui avait raconté qu'il s'agissait de créatures fières et qu'il ne fallait pas énerver, mais il était loin de se douter que cela se soldait par des attaques. Et encore moins qu'une élève avait été attaquée sur le terrain de Quidditch. Mais du coup, si un sombral en avait après la demoiselle, se rendre dans la forêt interdite, seule et en pleine nuit, ce n'était pas une idée brillante. Qu'allait-elle faire s'il l'attaquait de nouveau ? « Il faut que je m'excuse avant qu'il recommence. Je ne peux pas expliquer pourquoi mais je n'ai pas aimé ce qu'il m'a fait voir... » Remus acquiesça. Il ne lui était pas bien difficile par contre de comprendre pourquoi elle n'avait pas aimé. Il savait que seuls ceux qui avaient vu la mort pouvaient voir ces créatures magiques. Et si le sombral lui avait fait subir de voir une nouvelle fois la mort, forcément, Marlène devait vouloir que cela cesse. Mais est-ce qu'un sombral vexé allait accepter des excuses ? La jeune fille en tout cas en semblait persuadée, car elle fit un pas de plus vers Remus, et posa sa main sur son bras. Les avants-bras de Remus étaient découverts, car lorsqu'il s'était aventuré dans la forêt, il avait remonté les manches de sa chemise, histoire de ne pas l'abimer. Et heureusement, il avait déjà pris la potion de cicatrisation des plaies, qui avait fait disparaître toutes traces de sa précédente transformation. « Aide moi s'il te plait. » le supplia-t-elle, sa main fraiche toujours sur son bras.

Dans le regard de Remus, on pouvait voir l'hésitation. D'une part, il se disait que la mission était clairement trop périlleuse. Marlène n'avait pas l'air spécialement dans son assiette. Elle était un peu pâle, elle avait toujours sa blessure sur la joue, et venait de risquer sa vie à cause d'un filet du diable. Et maintenant, elle voulait partir retrouver un sombral qui lui voulait clairement du mal ! Cette fille était folle. Elle devait aimer se mettre en danger. Et Remus en tant que préfet ne pouvait la laisser faire, il se devait de la protéger. Et, en même temps... En même temps, Remus sentait qu'il s'agissait d'une affaire importante et douloureuse. Et que s'il l'empêchait de s'en occuper tout de suite, elle n'hésiterait pas à y retourner plus tard, et sans l'aide de Remus, peut-être que les choses allaient moins bien se passer. « Tu pourras avoir ce que tu désires en échange... Je t'en prie Rémus c'est important.... » Oh, et maintenant, elle essayait de faire du chantage ! Vilaine fille. Remus leva les yeux au ciel. Cela ne prenait pas avec lui.

« Bien. » déclara-t-il, en tentant de se montrer autoritaire et responsable. « C'est d'accord. Tu vas aller chercher ton sombral. Mais, je viens avec toi, et on fait ça à ma manière. Compris Marlène ? Je ne tiens pas à rapporter une Marlène morte ou déchiquetée à Poudlard. » Par Merlin, dans quoi s'engageait-il ? Tout en parlant, il s'était reculé, et avait ramassé le balais qu'il tendait à Marlène. « Premièrement, si je te dis, pars, tu pars. Tu ne discutes pas, tu prends ce balais, et tu voles jusqu'à Poudlard. » Et Remus ? Et bien, Remus n'avait rien à craindre. Déjà, il connaissait bien les créatures de la forêt interdite, même si c'était sous sa forme de loup-garou, nul doute que pour ce qui vivait là, il ne changeait pas beaucoup. Son odeur devait rester sensiblement la même. Et puis, lui, il n'avait rien à craindre d'un sombral. « Deuxièmement, » continua-t-il, tout en prenant sa baguette dans sa main, se plaçant ainsi en formation de défense. « Tu ne te mets pas en danger volontairement. Si le sombral ne veut pas t'écouter, tu n'insistes pas. D'ailleurs, à ce sujet... » il reporta son regard sur la jolie brune. « Pourquoi ne pas avoir alerté un professeur ? C'aurait été plus simple, et bien moins dangereux ? » Dans le fond Remus s'en doutait un peu. Marlène était une tête brûlée qui agissait avant de réfléchir. Une ressemblance avec les Maraudeurs ? Pfuh, pensez-vous. « Allez, on y va. » finit par dire Remus, tout en gardant Marlène tout près de lui. Hors de question qu'il la laisse s'éloigner. Elle était sous sa responsabilité. Si les professeurs apprenaient leur petite escapade, nul doute qu'ils risquaient tous les deux gros. Remus ne pouvait même pas justifier sa présence dans la forêt interdite, ni auprès des professeurs, ni auprès de Marlène. C'aurait été admettre qu'il était un loup-garou qui se promenait dans la forêt interdite. Nul doute que cette forêt était dangereuse. « Je pense que les sombrals seront vers le nord de la forêt » déclara Remus à mi-voix alors qu'ils s'enfonçaient plus profondément, et que les racines des arbres se faisaient de plus en plus fourbes. « C'est le seul endroit où les autres créatures de la forêt ne vont pas trop. » Comment le savait-il ? Parce que lui-même n'y allait pas. Oh, pitié, par Merlin, pourvu que Marlène ne lui pose pas de questions ! « Par contre, Marlène... Je ne peux pas voir les sombrals. Tu devras être mes yeux. » Il aurait pu mourir, ce fameux soir où un certain loup-garou l'avait attaqué. Et pourtant, il n'était pas capable de voir ces chevaux fantomatiques. Une chance, quelque part. Il voyait probablement suffisamment d'horreur comme ça dans sa vie.



(c) alysha

_________________
    Remus J. Lupin
    Weep for yourself, my man, you'll never be what is in your heart. Weep, little lion man, you're not as brave as you were at the start. Take all the courage you have left, wasted on fixing all the problems that you made in your own head
Revenir en haut Aller en bas




Invité


MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Mar 11 Juin - 21:04


Silent Shadows
La plus grande arme de Marlène Mc Kinnon n'était pas un sort spécial, elle ne résidait pas non plus dans son incroyable capacité à maîtriser un balai. Sa plus grande force était la séduction. Elle obtenait tout ce qu'elle désirait avec un sourire, un regard ou un baiser. Avec Rémus Lupin elle n'y était jamais arrivée, mis à part quelques regards attendrissants mais ils étaient plus sincères que manipulateurs. Toutes ses autres tentatives avaient échoué, c'était sans doute pour cette raison qu'elle le respectait énormément. Il n'était pas comme les autres garçons, ce n'était pas très pratique de son point de vue, mais d'un autre côté il avait gagné sa reconnaissance. Après avoir souffert à cause d'un homme, elle ne les considérait plus comme des humains mais comme des bêtes. Paradoxal n'est-ce pas ? Surtout si elle savait que Rémus était sans doute l'élève le plus sauvage de Pourdlard. Donc c'est avec une grande naiveté qu'elle l'admirait. Sa meilleure amie était préfet aux côtés de Rémus et ils se connaissaient depuis maintenant 6 ans, pourtant elle n'avait jamais réussi à l'atteindre, comme si le jeune homme était intouchable et inaccessible. Rémus Lupin était un garçon insaisissable.

Le sombral n'aurait pas dû se vexer, ça n'aurait pas été le cas si elle ne l'avait pas frappé sur le derrière pour le faire avancer. Marlène avait une fois de plus dépassé les bornes mais c'est bien ce qui la caractérisait, elle avait le sang chaud et agissait souvent sans réfléchir. Dans son monde c'est elle qui posait les règles et les autres devaient simplement la suivre. Sirius O. Black était sans doute la seule personne qui avait le droit de jouer avec elle et de la taquiner à ce sujet.

Quoi qu'il en soit, Marlène était prête à tout pour se débarrasser de ce sombral. Têtue, elle n'allait pas sagement rentrer au dortoir même si Rémus refusait de l'aider. D'ailleurs, même s'ils ne se connaissaient pas plus que ça, Rémus devait connaître le tempérament de la jeune femme. Depuis ce soir où elle n'avait pas pu sauver ses deux cousins, elle s'était promis que plus rien ne se mettrait en travers de son chemin, quitte à se mettre en danger. Au fond, c'était sa façon de se punir. Mais ces blessures-là elle ne souhaitait pas en parler.

Son chantage n'eut aucun impact sur Rémus, c'était prévisible, mais elle espérait qu'un jour il lui dise "donne-moi tes lèvres un instant en échange". Bah quoi ? On peut rêver. Sa réaction la fit légèrement sourire, Rémus était un garçon sage, tellement opposé à Sirius et à Potter. Le sage, le joueur et l'amoureux. Perdue dans ses pensées elle fut étonnée qu'il accepte aussi facilement et presque déçue en entendant ses conditions. Elle le détesta quelques secondes mais son mignon minois calma rapidement son esprit contestataire.

-Mmhh... d'accord...

Etait-ce réellement sincère ?

-Tu t'occuperas de moi ?

Au moins elle avait tenté. Par contre il pouvait toujours courir pour qu'elle s'éloigne s'il lui ordonne. Elle voulait bien le suivre comme un toutou mais il ne fallait pas pousser certaines limites. Elle préféra se taire pour ne pas le faire changer d'avis et attrapa son balai en évitant son regard. Le côté positif c'est qu'il allait veiller sur elle et Marlène ne se faisait jamais prier pour avoir un peu d'attention de la part d'un aussi beau jeune homme. Selon elle il n'avait rien de plus qu'elle et il n'était pas plus doué en magie qu'elle donc s'ils avaient un pépin, elle se battrait à ses côtés.

Les conditions s'enchaînaient et même avec sa belle gueule elle avait de plus en plus de mal à les entendre alors elle ne l'écouta que d'une oreille avant d'avoir un pincement au coeur. Si Rémus lui posait des questions sur ses visions et son passé elle allait montrer les crocs.

-Pourquoi ?.... mmhh... c'est une histoire personnelle, ils se seraient mêlés de ce qui ne les regarde pas et j'ai franchement pas envie qu'on soit au courant de mon passé ! D'ailleurs si tu pouvais éviter d'en parler ça m'arrangerait ! Je ne suis pas aussi proche des profs que toi ou le fayot aux cheveux gras... j'ai grandi en apprenant à ne pas être redevable...

Marlène suivait le jeune homme de près, elle le trouvait rassurant malgré elle. Un peu agacée elle marcha d'un pas déterminé en tapant dans les branches qui osaient lui barrer le chemin.

-De mon côté je vais éviter de te demander comment tu sais que les Sombrals se trouvent au nord alors que tu ne peux pas les voir... chacun ses secrets ! Je te prêterai mes yeux... mes lèvres et mon corps aussi si tu veux !

Elle lui passa devant en lui adressant un petit clin d'oeil coquin.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Gryffondor

avatar


Remus J. Lupin


Ϟ ARRIVÉE A LONDRES :   29/05/2013
Ϟ PARCHEMINS :   101
Ϟ ANNÉE :   6ème
Ϟ BAGUETTE :   Bois de cerisier, crin de licorne
Ϟ EPOUVANTARD :   La pleine lune, et ses trois meilleurs amis morts.
MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Mer 12 Juin - 17:06



Silent Shadows


feat Marlène&Remus


En réalité, elle ne s'en rendait probablement pas compte, mais Marlène avait de la chance que ce soit Remus qui lui soit tombé dessus, et pas quelqu'un d'autre. Déjà, parce qu'il était probablement une des rares personnes dans cette école à si bien connaître la forêt et ce qui l'habitait. C'était un avantage de taille lorsqu'il fallait s'y aventurer la nuit. Par ailleurs, il n'était pas quelqu'un de très curieux. Enfin, si il l'était, comme tout le monde. Mais il n'insistait jamais et surtout, il était un fervent partisan de l'idée que tout le monde pouvait avoir des secrets qu'il ne fallait pas révéler. Comment en être autrement dans son cas ? Alors Marlène pouvait être rassurée. Remus n'allait certainement pas creuser. Si elle voulait parler, il était là. Si elle ne voulait pas, okay. Par contre, il ne la laisserait pas toute seule errer dans la forêt. Et ce, peu importait combien elle allait râler, tempêter... S'il le fallait il n'hésiterait pas à lui jeter un sort pour l'attacher à lui. Ce qui, après un instant de réflexion était stupide. Elle risquait de se montrer insupportable s'il faisait cela, et ces jours-ci, la patience de Remus commençait à s'effriter de plus en plus rapidement. Une semaine avant la pleine lune, il pouvait sentir le loup commencer à se réveiller. Alors, il prenait sur lui, bien sûr. Mais il savait ce qui allait l'attendre. Et ça ne l'enchantait que moyennement.

Puis, Marlène lui expliqua pourquoi elle n'avait pas mêlé les professeurs à cette histoire. Ca se tenait. Eviter d'en parler, Remus savait faire. Après tout, ne gardait-il pas secret le fait que ses trois meilleurs amis étaient des animagus ? Personne ne savait. Pas même Lily. D'ailleurs, Remus fut soudain frappé par l'idée que si la jolie rouquine apprenait que Potter savait se métamorphoser en cerf, elle risquerait sans nul doute d'en être impressionnée. Lorsque Marlène évoqua l'idée qu'il était proche des professeurs, il sentit comme une pointe de mépris à ce propos. Lui, il ne voyait pas le mal. Il ne l'avait pas choisi. Mais, ce fut son « j'ai grandi en apprenant à ne pas être redevable » qui fit tiquer Remus. Il n'était pas question d'être redevable. Ils étaient là pour les aider, pour l'aider elle, et ils n'allaient rien demander en échange. Parfois, il était bon de s'abaisser quelque peu à demander de l'aide. Mais Marlène semblait loin de là. Remus se souvenait encore de la première fois où ils s'étaient parlé. Marlène était en petite tenue dans les couloirs, bloquée hors de la salle commune car le mot de passe avait été changé, et elle, enfermée dehors. Et même à ce moment là, elle ne lui avait pas demandé d'aide. Enfin, Remus aurait pu passer, rentrer dans la salle commune et la laisser dehors, car Marlène semblait trop fière pour admettre que parfois, elle ne pouvait pas s'en sortir seule. Mais Remus ne l'avait pas laissée dehors. Il n'était pas comme cela. Et même maintenant, il continuait de vouloir venir au secours de McKinnon, contre l'avis de McKinnon, visiblement. Mais Remus était bien plus têtu qu'il ne le laissait entendre. Et puis, il savait que sa présence devait rassurer Marlène. Il la sentait tout près de lui, marcher à son rythme, quoiqu'avec plus de violence. Il l'entendait taper dans les branches et les racines qu'il évitait avec une agilité de chat. Pourtant, il avait du allumer sa baguette. Ils étaient désormais tellement enfoncés dans la forêt qu'il y régnait un noir d'encre.

« De mon côté je vais éviter de te demander comment tu sais que les Sombrals se trouvent au nord alors que tu ne peux pas les voir... chacun ses secrets ! » Remus leva les yeux au ciel. Cette fille était vraiment incroyable ! Il venait l'aider bien gentiment, et elle osait en déduire qu'il lui cachait des choses. Bon, certes, c'était vrai. Mais il donnait pourtant bien le change. « Je te prêterai mes yeux... mes lèvres et mon corps aussi si tu veux ! » conclut-elle en le dépassant avec un clin d'oeil. A nouveau Remus leva les yeux au ciel, et secoua la tête. « Tes lèvres, je les connais Marlène. » marmonna-t-il. Encore une fois, il se remémora la première fois où ils s'étaient adressé la parole. Une fois qu'il lui avait donné le mot de passe, Marlène lui avait volé un baiser, le laissant quelque peu rougissant entrer dans la salle commune rouge et or. James et Sirius avaient ri de lui. C'était il y a un certain temps, et désormais un baiser ne l'effrayait plus. Simplement, ce n'était pas sa tasse de thé lorsque l'on le provoquait ainsi.

Ils marchèrent encore un instant, dans un silence relatif, où Remus essayait d'empêcher Marlène de tomber à cause de racines embusquées. Ils avançaient certes un peu lentement, mais Remus préférait ne pas se précipiter et ne pas se blesser. Après tout, ils n'étaient pas censés être là. Alors, s'ils rentraient avec des blessures, personne ne serait dupe. « Je pense que l'on y est presque. » dit soudainement Remus. La végétation se faisait un peu moins dense autour d'eux. Et il n'entendait plus les bruits rassurants des oiseaux ou des écureuils. Ils n'approchaient jamais. « Tu entends ? » demanda-t-il pour lui prouver. « Le silence. Les sombrals sont des créatures associées à la mort, même les autres espèces ici refusent de les approcher. » la voix de Remus s'était faite un peu plus basse. Même lui, lorsqu'il se transformait évitait de venir par ici. « Tu en vois ? »

Et évidemment, il y en avait. Trois, juste à quelques mètres de Remus et Marlène. Bien sûr, il ne les voyait pas. Il fixait au hasard un point un peu trop sur leur gauche. Il ne les entendait pas non plus. Mais il comptait bien sur Marlène. Enfin, il comptait aussi sur elle pour ne pas foncer tête baissée, mais pour cela, il se doutait bien que c'était peine perdue...


(c) alysha

_________________
    Remus J. Lupin
    Weep for yourself, my man, you'll never be what is in your heart. Weep, little lion man, you're not as brave as you were at the start. Take all the courage you have left, wasted on fixing all the problems that you made in your own head
Revenir en haut Aller en bas




Invité


MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Jeu 13 Juin - 13:43


Silent Shadows

La forêt était épaisse et sombre, on pouvait seulement voir le brouillard. Une légère lumière éclairait un peu leur passage, celle au bout de la baguette de Rémus, et Marly n'avait même pas pensé à faire de même, bien trop occupée à penser aux Sombrals. Cette histoire la hantait depuis plusieurs jours maintenant et elle n'arrivait plus à dormir ni même à se concentrer sur les cours. C'était donc presque une question de vie ou de mort cette confrontation. Elle disait qu'elle ne supportait pas de se sentir redevable mais c'était la seconde fois que Rémus l'aidait. Si ça continuait ainsi elle allait devoir être à son service éternellement pour rembourser ses dettes. En effet la jeune femme ne concevait pas qu'on puisse aider une personne sans rien attendre en retour. Etre redevable voulait dire être faible, selon elle, et c'était inconcevable. Donc généralement elle se faisait discrète en sa présence au lieu d'attaquer inutilement comme elle se plaisait à le faire avec tous les autres élèves. En plus de ça, Rémus était très mignon et vous connaissez les faiblesses de la jeune femme, comment est-ce qu'elle pourrait attaquer un homme qui fait partie de ses cibles potentielles ? Ca serait comme couper une branche d'arbre alors qu'on est assis dessus.

« Tes lèvres, je les connais Marlène » La jeune femme leva un sourcil en le regardant. Il était sérieux ? Il avait appelé ça un baiser ? Elle était déçue qu'il associe son léger remerciement à un vrai baiser. Marlène aurait dû abuser de lui ce soir-là et il aurait compris ce qu'était un vrai baiser. dans son fort intérieur elle se promit de se venger.

-Tu ne les connais pas assez !

Puis elle grimaça, frustrée qu'il ne veuille pas plus venant d'elle. Pourtant elle était ravissante non ? Marlène était fine, adorable et joueuse et son sourire était radieux. Certes, elle avait un caractère loin d'être facile mais ça mettait un peu de piment dans la vie. La jeune femme fut même tentée de prendre la main de Rémus pour être sûre de ne pas se perdre dans la brouillard, mais elle calma rapidement son envie tactile quand une sensation étrange s'empara d'elle.« Tu entends ? ».

-Mmmh j'en ai bien peur...

Le silence avait envahi les lieux et une atmosphère pesante les encerclait. Un court instant elle regretta de s'être aventurée dans la forêt interdite et comprit où Rémus avait voulu en venir en disant qu'elle se mettait en danger. « Tu en vois ? ». Oui elle les voyait, il y en avait trois au bord d'un point d'eau. Une douleur insupportable lui rongea l'estomac et elle se mit à trembler malgré elle. Marlène n'avait pourtant pas peur mais un des trois sombrals avaient le contrôle sur elle et ça la mettait dans tous ses états.

-Tu vas m'en vouloir mais...

Sans attendre une minute de plus elle s'approcha des trois chevaux machiavéliques. L'un d'eux fit quelques pas vers elle et se dressa sur ses sabots arrières et la ravissante Gryffondor tomba à genoux au sol.

-Par... pardonne-moi...

S'en suivit un geste de la main pour accompagner ses paroles. Mc Kinnon avait lu ça quelques jours auparavant dans un livre sur les Sombrals à la bibliothèque de Poudlard. Mais l'animal avait décidé de lui faire payer son geste, il plongea ses yeux globuleux et sans vie dans les siens. Les larmes commencèrent à couler en cascade sur les joues de Marly. L'animal était en train de lui faire revivre une nouvelle fois la mort de ses cousins. Il n'avait aucun geste violent, elle non plus, mais c'était incroyablement douloureux alors elle recommença à murmurer tout en pleurant.

-Pardonne-moi...

Le sombral arrêta de la torturer et porta son regard sur Rémus qu'il venait de remarquer. Quelque chose avait dû le calmer. Il se pencha en avant et s'éloigna rapidement avec les trois autres. Marlène resta au sol, tête baissée et pleura toutes les larmes de son corps. Personne ne l'avait vu pleurer jusqu'à maintenant. Le sombral semblait lui avoir pardonné pour on ne sait quelle raison, mais Marlène n'avait plus de force.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Gryffondor

avatar


Remus J. Lupin


Ϟ ARRIVÉE A LONDRES :   29/05/2013
Ϟ PARCHEMINS :   101
Ϟ ANNÉE :   6ème
Ϟ BAGUETTE :   Bois de cerisier, crin de licorne
Ϟ EPOUVANTARD :   La pleine lune, et ses trois meilleurs amis morts.
MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Jeu 13 Juin - 15:12



Silent Shadows


feat Marlène&Remus


Remus ne pouvait certes, ni voir ni entendre les sombrals, mais le changement d'atmosphère ne lui échappa aucunement. L'air semblait plus lourd, presque un peu plus moite. C'était étrange, songea-t-il. A croire que lorsque les sombrals tiraient les calèches, ils ne dégageaient rien, mais sitôt qu'ils étaient énervés, l'ambiance en souffrait. Un frisson vint parcourir l'échine de Remus. Il ne regardait toujours pas au bon endroit. Il avait la sensation d'être aveugle, et ça lui déplaisait fortement. Alors, il décida de reporter son regard sur Marlène. Et c'était une bonne idée. La jeune fille s'était mise à trembler violemment, comme prise d'un accès de fièvre. Son regard était planté sur le bord du point d'eau. Et quelque part, en son for intérieur, Remus maudissait Dumbledore. Il aurait pu prendre des chevaux, des ânes ou même des lapins si ça lui chantait ! Mais non. Le vieillard avait choisi des sombrals, des créatures dangereuses et plutôt moches de ce qu'il savait. Et puis, il se souvint que lui aussi, une fois par mois devenait dangereux et moche.

Ce fut la voix de Marlène qui le tira de ses digressions. « Tu vas m'en vouloir mais... » Oh non. Le sixième sens de Remus lui hurlait de faire quelque chose, maintenant, mais il n'en fit rien. Allez savoir pourquoi il n'avait pas réagi tout de suite. Peut-être parce qu'il ignorait encore à quoi s'attendre, et qu'il ne savait toujours pas exactement où regarder. Quoiqu'il en soit, il tenta un geste pour rattraper la jeune fille, mais il s'y était pris trop tard, et déjà elle s'éloignait de lui, rapidement vers ce point d'eau. Et alors, Remus fit face à une scène à laquelle il ne comprit pas tout. Marlène tomba à genoux au sol, en demandant pardon au cheval invisible. Et lorsqu'il y pensa, il en vint à se dire que c'était déjà quelque chose de bizarre. Elle fit un geste de la main, probablement dans le but d'apaiser la bestiole, mais visiblement c'était inutile puisque les yeux de Marlène s'embuèrent et débordèrent très rapidement de larmes. Remus se sentait presque paralysé par un tel spectacle. Etait-ce un effet du sombral, ou un effet de son inconscient qui demeurait choqué ? En tout cas, il n'eut pas le loisir de se le demander plus longtemps, car entendre Marlène supplier la créature en sanglotant le réveilla.

Vous ai-je dis que la pleine lune approchait ? Il restait exactement six jours avant que la lune ne montre sa face toute blanche au monde. Déjà dans le ciel, elle s'était arrondie. On prétend que les cycles de la lune ont une influence sur les caractères et les humeurs. Cela n'a jamais été aussi vrai que dans le cas de Remus. Remus Lupin était un garçon calme, et qui ne s'énervait jamais. Et pourtant, lorsque la pleine lune approchait, il se montrait moins patient, et si l'on l'énervait réellement, c'était à ce moment là qu'il avait le plus de chances de se montrer violent. Juste après la pleine lune, il n'avait en général plus de force. Il ne risquait pas de s'énerver à ce moment là. En somme, si vous aviez une mauvaise nouvelle à annoncer à Lupin, il fallait le faire le lendemain ou le surlendemain de la pleine lune. Jamais la semaine qui la précédait.
Alors, le moment où Marlène sanglotait faiblement, en dépit de ses avertissements, et qu'une créature invisible menaçait la jeune fille fut la goutte qui fit déborder le vase. A grands pas, il s'approcha de Marlène, et se plaça juste devant elle, faisant barrière de son corps. Il ne savait guère où planter son regard, alors il se contenta de fixer droit devant lui, d'un air déterminé. Enfin, c'était ce qu'il croyait. Il avait ce regard qui faisait peur. Un regard presque bestial. Le regard du loup, certainement. « Pars. » murmura-t-il froidement. Donner un ordre à un sombral en colère n'était peut-être pas une action des plus brillantes, mais c'était son côté Gryffondor qui ressortait de lui. Un courage sans borne pour défendre les plus faibles. C'était presque une action chevaleresque ! Un instant passa dans un silence lourd, uniquement troublé des sanglots faibles de Marlène. Et puis, soudainement l'atmosphère devint un peu plus légère. S'était-il éloigné ? Probablement. Un léger soupir passa les lèvres de Remus.

Lorsqu'il se retourna, il constata que Marlène était toujours au sol, tête baissée. Les larmes de la jeune fille blessaient un peu Remus. Il avait échoué. Il aurait dû l'empêcher de se rendre ici, mais il avait cédé. Maintenant, il fallait qu'il assume. Dans un souffle, il se mit à son niveau, et lui prit les mains. Elles étaient glacées entre les paumes chaudes de Remus. « Marlène ? Marlène. » appela-t-il avec douceur. C'était d'ailleurs étonnant d'entendre un ton si doux après l'ordre glacial qu'il avait donné au sombral. Voyant que Marlène ne semblait pas prête à se relever, il s'assit à côté d'elle, doucement, et passa un bras autour de ses épaules, dans un geste rassurant. Ce n'était pas une de ses habitudes, de se montrer si proche de quelqu'un. Physiquement. Mais là, la situation l'exigeait. De sa main de libre, il farfouilla dans ses poches, et trouva une chocogrenouille. Peter avait toujours l'habitude d'en mettre dans les poches de ses vestes, à la fois pour l'obliger à manger, et à la fois car il connaissait bien son penchant presque amoureux pour le chocolat. Peter était un bon ami. Et Remus tendit le chocolat à Marlène. « Mange ça. Ca va te faire du bien. » promit le loup-garou. Lorsque les choses n'allaient pas, où que l'on avait été sous l'emprise d'un mauvais sort, le chocolat réglait toujours tout ! Avec un petit soupire inaudible, il en prit une autre pour lui (Peter remplissait réellement ses poches.) qu'il déballa et dans laquelle il croqua mollement. Je te l'avais bien dit lui brûlait les lèvres, mais il se doutait bien que ce n'était pas le moment. Il préférait attendre que déjà les pleurs de Marlène se calment un peu.

L'atmosphère pesante avait déjà disparu. Remus ignorait si c'était parce que le sombral s'était calmé, ou si c'était parce qu'il était parti. Mais soudain, il se sentait très las. Et il se plaignait de devoir veiller sur Sirius, James et Peter ? Mais c'était tellement facile par rapport à Marlène. Au moins, eux le pire qu'ils risquaient c'était la retenue (ou de se faire tuer par le concierge, mais Remus était confiant, cela n'arriverait pas de si tôt). Marlène, quand elle choisissait de se mettre en danger, elle y allait franchement, sans hésitation. Quelque part, il se disait que si Lily devait veiller sur elle, elle était bien plus à plaindre que lui avec les Maraudeurs !

« Tu te sens un peu mieux ? » finit par demander Remus, au bout de quelques minutes, toujours de sa voix douce et chaude.


(c) alysha

_________________
    Remus J. Lupin
    Weep for yourself, my man, you'll never be what is in your heart. Weep, little lion man, you're not as brave as you were at the start. Take all the courage you have left, wasted on fixing all the problems that you made in your own head
Revenir en haut Aller en bas




Invité


MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Jeu 13 Juin - 16:59


Silent Shadows

Son âme était déchiré par les hurlements qu'elle entendait au plus profond d'elle. Ses mains étaient tachées de sang et l'odeur de la mort empestait. Revivre cette scène c'était comme mourir sempiternellement et si l'enfer devait avoir un exemple, celui-ci serait parfait. Le Sombral avait fait tomber ses barrières, Marlène Mc Kinnon n'avait plus aucun bouclier face à elle. Elle le haissait au plus profond de son être et avait bien du mal à le cacher. Cette chose avait lu en elle bien trop facilement et elle avait honte d'être aussi minable devant Rémus Lupin. Décidément ces deux-là partageaient bien des situations étranges et elle le voyait souvent dans des situations honteuses. Pourquoi lui ? Qu'avait-il de spécial ? Elle n'avait aucune réponse à ses questions mais lorsqu'il était près d'elle Rémus Lupin devenait son bouclier. Tête baissée et désorientée, elle sanglotait, la main posée sur le bas de son visage. La jeune femme n'avait même pas compris pourquoi le sombral avait décidé de la laisser tranquille mais elle soupçonnait Rémus d'y être pour quelque chose.

Ce n'est que lorsque l'animal s'éloigna qu'un poids s'évapora. Tout semblait beaucoup plus léger et paisible. Marly se sentait beaucoup trop faible pour réussir à se relever mais elle respirait mieux et la mort ne la hantait plus. Ses mains dans les siennes, son coeur s'apaisa. Tout était fini, plus jamais elle ne revivra ce cauchemar. Rémus venait une fois de plus de la sauver. La jeune femme n'avait pas encore la force de faire quoi que ce soit et elle prenait peu à peu conscience qu'elle venait de pleurer devant lui. Elle avait terriblement honte. « Marlène ? Marlène. »

La jeune femme cligna des yeux plusieurs fois pour chasser les larmes aux coins de ses yeux et releva lentement la tête pour faire face au jeune homme. Elle hocha la tête lentement pour lui faire signe que tout allait bien à présent. « Mange ça. Ca va te faire du bien. » . Ce garçon était pas croyable, il lui proposait de manger alors qu'elle n'allait pas bien. Son attention réussit à la faire sourire. Il était adorable malgré lui. Elle glissa alors sa main dans la sienne pour prendre le chocogrenouille et l'ouvrir. Elle était tombée sur Albus Dumbledore, la carte qui semblait être la plus courante dans ces petits paquets. Marly regarda l'image un petit moment, la mine déconfite puis la retourna. Elle lui en voulait d'avoir permis à ces créatures de séjourner là. « Tu te sens un peu mieux ? ».

-Mmmhh...

Marmonna-t-elle avant d'essuyer ses joues avec le revers de sa main droite. Niveau glamour c'était pas vraiment ça ce soir, tant pis, entre ça et la nuisette Rémus devait être vacciné. La jeune femme sanglota encore un peu avant de pouvoir parler à nouveau.

-C'est fini... il ne m'embêtera plus à présent... mes...

Elle voulait lui dire. Rémus venait de la sauver, il l'avait protégé et accompagné dans ce combat invisible pour lui. Alors la jeune femme se mordilla la lèvre inférieure et expliqua comme pour s'enlever aussi une épine du pied.

-J'avais 12 ans quand mes deux cousins moldus se sont faits tuer par des vampires sous mes yeux et j'ai rien pu faire... ils m'ont épargnée car je suis une sorcière et que pour eux la pire des tortures était que je réussisse à vivre avec ça sur la conscience. Je n'ai pas pu les sauver... mais je veux passer à autre chose je ne veux plus jamais revivre ça... plus jamais...

Marlène posa sa tête sur l'épaule du jeune homme et croqua dans la grenouille en chocolat, le regard perdu dans le vague.

-Merci... je serais peut être morte de chagrin sans toi... je ne sais pas comment tu l'as fait fuir aussi rapidement mais ça a bien marché... je ne sais pas comment te remercier...
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Gryffondor

avatar


Remus J. Lupin


Ϟ ARRIVÉE A LONDRES :   29/05/2013
Ϟ PARCHEMINS :   101
Ϟ ANNÉE :   6ème
Ϟ BAGUETTE :   Bois de cerisier, crin de licorne
Ϟ EPOUVANTARD :   La pleine lune, et ses trois meilleurs amis morts.
MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Sam 15 Juin - 17:41



Silent Shadows


feat Marlène&Remus


Distraitement, Remus jeta un œil à la carte que Marlène avait tirée. Dumbledore. Cet adorable vieux cinglé. Parfois, Remus se disait qu'il devait avoir investi dans l'usine qui fabriquait les chocogrenouilles, pour être aussi souvent sur les cartes. Le portrait les regardait, bien veillant, et plein d'espoir. Tel qu'il l'avait toujours connu. Même le jour où il était venu le voir en personne, lui dire qu'il était injuste que sa condition l'empêche d'étudier, il avait cet air bien veillant qui avait rassuré Remus. Marlène marmonna quelque chose qui le tira de sa contemplation et de ses souvenirs. Ca ressemblait vaguement à un oui, si l'on était optimiste. Et Remus n'était pas particulièrement optimiste. Pour lui, il s'agissait juste d'un « mhm ». Et ça, ça pouvait dire oui, ou non. Alors, il décida d'attendre, et d'aviser, sans bouger, toujours son bras autour des épaules de Marlène. Etrangement, il se sentait bien ainsi. Ca ne lui paraissait pas déplacé du tout. Et quoique puisse en penser Marlène, il s'en moquait bien de la voir pleurer, lui. Enfin, il s'en moquait, façon de parler. Il savait qu'à cause de sa fierté, la jeune fille devait probablement mal vivre qu'il la voie ainsi. Mais Remus, lui, se contentait juste d'espérer qu'elle se sentirait mieux après. Voilà tout. Parfois, les choses ont besoin de sortir. « C'est fini, il ne m'embêtera plus à présent. » Ah, voilà une bonne nouvelle. Remus se demandait comment la Gryffondor pouvait en être aussi sûre, mais n'eut pas l'occasion de poser la question, car déjà elle ouvrait la bouche à nouveau. « Mes... » Elle se mordilla un instant la lèvre, comme si elle hésitait. Mais Remus ne la forcerait pas. Si elle voulait se confier, il était là. Et quelque part, il sentait que c'était important. Que ce qui allait être dit là, c'étaient des choses qui n'avaient jamais été racontées.

« J'avais douze ans quand mes deux cousins moldus se sont faits tuer par des vampires sous mes yeux et j'ai rien pu faire... ils m'ont épargnée car je suis une sorcière et que pour eux la pire des tortures était que je réussisse à vivre avec ça sur la conscience. Je n'ai pas pu les sauver... mais je veux passer à autre chose je ne veux plus jamais revivre ça... plus jamais... » La voilà, la fameuse révélation. Et soudain, Remus comprenait pourquoi elle pouvait voir les sombrals, et pourquoi cela semblait si douloureux pour elle. Il la serra un peu plus contre lui, comme une présence rassurante, comme pour dire, je suis là. Quelque part, Marlène vivait ce que le père de Remus vivait, pensa-t-il. Il avait toujours su que s'il avait été mordu, c'était parce que son père avait eu des problèmes avec un loup-garou. Et ce loup-garou aurait pu tuer Remus. Mais non, il s'était contenté de le transformer, parce qu'évidemment ce serait bien pire pour Mr Lupin de vivre avec ça sur la conscience en voyant son fils se transformer une fois par mois. Dès lors son propre père était plus ou moins devenu un étranger. Remus ne pouvait pas lui en vouloir. Les rares fois où leurs regards se croisaient, il ne voyait que tristesse et culpabilité. Et en cet instant, c'était la même tristesse qu'il voyait sur le visage de Marlène, qui lui serrait le cœur. Elle posa doucement sa tête sur son épaule, et attaqua le chocolat qu'il lui avait donné. « Merci...  je serais peut être morte de chagrin sans toi... je ne sais pas comment tu l'as fait fuir aussi rapidement mais ça a bien marché... je ne sais pas comment te remercier... » Remus ne pu s'empêcher de sourire tristement. Ce sourire qui faisait toujours un peu de mal à ses amis. Doucement, il replia son bras et caressa les cheveux de Marlène. « Un simple merci me suffit amplement. » dit-il doucement. C'était ce qu'il aurait voulu réussir à lui faire comprendre un peu plus tôt. Les gens ne font pas les choses pour s’immiscer dans la vie d'autrui, ou dans l'espoir d'obtenir quelque chose en retour. Beaucoup de gens aidaient leurs semblables parce qu'ils étaient faits pour ça. Remus avait toujours eu ce caractère, et ce même s'il était en général celui qui avait besoin d'aide. Etait-ce le bon moment pour tenter de le lui faire comprendre ? Probablement pas. « Peut-être aussi pourrais-tu me promettre de ne plus te lancer dans une quête aussi dangereuse sans aide ? » décida-t-il d'ajouter à mi-voix. « Ou au moins, en prévenant quelqu'un de l'endroit où tu te rends. » Parce que Remus en était sûr, elle n'avait prévenu personne. Si quelque chose était arrivé, personne n'aurait su où chercher. Finalement, c'était une chance que Remus se soit trouvé sur sa route.

Un instant de silence passa. Il avait fait fuir un sombral. Quelque part, Remus était plutôt fier de lui. Mais d'un autre côté, il trouvait ça assez effrayant. Et d'autant plus qu'il ne pourrait pas l'expliquer à Marlène. Son charme naturel. Un charme plutôt sauvage, en fait. « Est-ce que... Est ce que tu te sens de marcher jusqu'au château ? » demanda Remus après un instant, toujours avec une infinie douceur. Il se faisait tard, et elle avait l'air épuisée. Et puis, avec tout ce remue-ménage, il n'avait plus vraiment le cœur à la chasse au renard. En plus, si elle était là cette nuit là, elle l'aurait certainement remarqué. Autant ne pas en faire plus, pour ne pas se faire dévoiler. En attendant la réponse de Marlène, il reporta son regard sur elle. Il comprendrait qu'elle ne veuille pas rester seule. Lily serait certainement là pour elle. Ou alors peut-être irait-il chercher Sirius, pensa-t-il amusé. Il avait perçu quelques regards qui laissaient penser que ces deux là étaient plutôt proches en fait. Mais le moment n'était peut-être pas bien choisi pour cela. « Allez, jolie Marly, sèche tes larmes. » murmura-t-il, avec ce qui ressemblait à un semblant d'entrain. Il ignorait d'où lui était venue l'inspiration pour la surnommer Jolie Marly. Le fait est que c'était vrai. Elle était une très belle jeune fille. Mais Remus restait malgré tout insensible à tous ses charmes, et ce depuis le début. Certes, la spontanéité de Marlène lui faisait perdre ses moyens, mais cela n'allait pas plus loin. Et cela n'irait jamais plus loin pour le loup garou. Il ne pouvait le permettre. Laisser des gens l'approcher, c'était les mettre en danger. Et plus égoïstement, c'était également laisser les gens l'abandonner. Et Remus avait une peur de l'abandon telle qu'il ne pourrait le supporter.


(c) alysha

_________________
    Remus J. Lupin
    Weep for yourself, my man, you'll never be what is in your heart. Weep, little lion man, you're not as brave as you were at the start. Take all the courage you have left, wasted on fixing all the problems that you made in your own head
Revenir en haut Aller en bas




Invité


MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Lun 24 Juin - 20:32


Silent Shadows

Rémus Lupin était un jeune homme sérieux, du moins c'est ce que pensait Marlène Mc Kinnon. Elle l'avait toujours trouvé très mignon mais trop coincé. D'ailleurs elle l'avait parfois eu dans sa ligne de mir et avait tenté par tous les moyens d'obtenir quelque chose de sa part mais on avait comme l'impression que ses sourires et ses allusions ne l'atteignaient pas. Il faisait partie de ces rares garçons de Poudlard à ne pas être sensibles au charme de Marlène, c’est bien entendu ce que pensait la belle brune. La jeune femme était persuadée qu'elle n'obtiendrait rien de sa part et pourtant, dites à Mc Kinnon qu'elle ne pourra pas obtenir quelque chose et elle se battra jusqu'au bout pour faire craquer sa cible. Rémus avait sans doute de la chance d'être un Gryffondor, un préfet et l'ami de Sirius O. Black car toutes ces raisons avaient calmé son obstination. Par moment elle le regardait sans qu'il puisse la voir et elle admirait son visage juvénile, son immense charme et son air innocent. Et c'est en le contemplant qu'elle se disait qu'elle n'aurait sans doute rien de lui. A ces pensées, Marlène recevait comme une décharge électrique au niveau du coeur, comme un pincement de frustration et de tristesse et elle murmurait "quel gâchis" avant de vaquer de nouveau à ses occupations en le laissant de côté pour y revenir plus tard. Un seul baiser de la part du jeune homme l’aurait sans doute apaisé. Allez savoir pourquoi elle vit avec cette peur de ne pas plaire. Il faut dire aussi que Rémus se trouvait dans son TOP 5 des plus beaux garçons de Poudlard et ne rien obtenir de lui, ne serait-ce qu’un clin d’œil l’embêtait énormément.

Toutefois, ce soir elle était près de lui et il l’avait beaucoup aidé et sa frustration s’était dissipée durant ces quelques minutes. Elle qui n’a plus foi du tout en les hommes, qui ne leur fait plus confiance, elle trouvait en Rémus un calme et un côté rassurant qu’elle ne pouvait nier. Après sa révélation, elle s’attendait à tout sauf à ce qu’il la serre un peu plus contre lui. Ca la touchait. Il était peut être distant mais elle n’était peut-être pas si transparente que ça à ses yeux. Sa peur s’envola comme par magie. Marlène ne pouvait pas l’expliquer mais elle avait la très nette impression que Rémus pouvait la protéger de toutes les créatures qui peuplaient cette forêt. En y pensant bien c’était ridicule puisqu’il n’avait rien de plus qu’elle, mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’y penser. « Un simple merci me suffit amplement. ».

-Merci…

Murmura-t-elle faiblement. Elle ferma alors les yeux au contact de la main du jeune homme dans ses cheveux. « Peut-être aussi pourrais-tu me promettre de ne plus te lancer dans une quête aussi dangereuse sans aide ? ». Ce qui reviendrait à lui mentir car elle ne pouvait pas se passer d’aventures de ce genre quitte à mettre sa vie en danger. « Ou au moins, en prévenant quelqu'un de l'endroit où tu te rends. ». Marlène soupira longuement et s’en voulu d’être obligé de répondre positivement à sa requête. Après tout ce qu’il venait de faire pour elle, elle ne pouvait pas l’envoyer balader.

-Je te préviendrai toi… seulement toi… mais il ne faut pas que tu te sentes obligé de m’accompagner à chaque fois… de toute façon tu as dû prévenir quelqu’un toi, puisque tu étais aussi dans la forêt ce soir… n’est-ce pas ?

« Est-ce que... Est-ce que tu te sens de marcher jusqu'au château ? ». Mince, Marlène serait bien restée contre lui encore un moment, voire même une partie de la nuit. L’endroit n’était sans doute pas idéal mais ça faisait des années qu’elle ne s’était pas sentie autant en sécurité. « Allez, jolie Marly, sèche tes larmes. ».

-En fait… je ne sais pas vraiment si j’ai envie de rentrer je suis bien ici… à dire vrai…

Dit-elle en souriant tristement.

-Je ne me suis pas sentie aussi calme depuis… enfin depuis ce soir à Belfast… C’est peut-être pas une si mauvaise chose cette confrontation avec le sombral… j’ai l’impression d’avoir surmonté mes peurs. Peut-être que ça ne durera pas mais grâce à toi… et grâce à tout ça j’ai l’impression d’être apaisée… Merci… merci…

Bégaya-t-elle entre quelques sanglots. La fatigue lui avait fait baisser les armes. Ce soir elle était ce qu’elle n’avait jamais osé montrer à qui que ce soit : elle-même. Alors elle se redressa sur ses genoux et se pencha pour lier ses lèvres aux siennes. Il allait peut-être mal le prendre mais c’était la seule idée qui lui venait en tête à chaque fois qu'elle souhaitait le remercier. A moins qu’ils n’aiment que les hommes, il ne devrait pas trouver ça dégoûtant… si ? Après tout ça n'était que le second baiser.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Gryffondor

avatar


Remus J. Lupin


Ϟ ARRIVÉE A LONDRES :   29/05/2013
Ϟ PARCHEMINS :   101
Ϟ ANNÉE :   6ème
Ϟ BAGUETTE :   Bois de cerisier, crin de licorne
Ϟ EPOUVANTARD :   La pleine lune, et ses trois meilleurs amis morts.
MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Mar 25 Juin - 10:43



Silent Shadows


feat Marlène&Remus


Remus se doutait bien que sa demande ne plairait pas à Marlène. Elle était du genre tête brûlée, et de ce qu'il en avait vu ce soir, sa fierté était telle qu'elle serait prête à refuser de l'aide et à se mettre en danger. C'était pourquoi il avait décidé de tempérer sa demande. Si elle prévenait ce serait suffisant. Mais au soupir qu'elle poussa, il se douta qu'elle n'appréciait pas beaucoup plus. « Je te préviendrai toi. » Oh, voilà une responsabilité à laquelle Remus ne s'attendait pas. Il devait déjà veiller sur ses idiots d'amis, voilà qu'une nouvelle charge s'ajoutait. Mais, il l'avait cherchée. Et dans le fond, cela ne le dérangeait pas plus que cela. Il était le préfet, c'était aussi une part de son boulot. « Seulement toi... Mais il ne faut pas que tu te sentes obligé de m'accompagner à chaque fois. » Non, il allait plutôt tenter de la décourager le plus souvent possible. Bien sûr, ça il valait mieux ne pas le dire. Il parvenait à apprivoiser la jolie brune, et il ne voulait pas la brusquer tout de suite. « De toutes façons tu as du prévenir quelqu'un toi, puisque tu étais aussi dans la forêt ce soir... N'est ce pas ? » Et bien, en fait non. Remus acquiesça cependant. Il n'avait prévenu personne, et était sorti en catimini, mais il ne s'en faisait pas. D'une part il savait bien se défendre, d'autre part, il avait la cape d'invisibilité de James, alors ce dernier se doutait assez bien de l'endroit où il pouvait être. Et pour finir, il existait la carte du maraudeur. Bien sûr, Marlène en ignorait l'existence, mais Remus savait que s'il tardait trop à rentrer et que l'un de ses amis s'inquiétait, il regarderait la carte et saurait précisément où se trouvait le loup garou.

« En fait... Je ne sais pas vraiment si j'ai envie de rentrer je suis bien ici... » Remus ne discuta pas ce point là. Elle était probablement encore un peu en état de choc, et il ne faisait pas spécialement froid. Qui plus est, aucun sombral n'allait plus venir les déranger désormais. Alors, ils pouvaient rester là encore un peu. « A dire vrai... » Remus baissa la tête de manière à voir son visage. Les joues de Marlène étaient encore striées de larmes, et elle paraissait fatiguée, pâle. Mais un sourire était apparu. Oh, Remus connaissait bien ce genre de sourires. C'étaient les rares dont il était capable. Un sourire tenté de tristesse. Marlène rouvrit la bouche. « Je ne me suis pas sentie aussi calme depuis... Enfin, ce soir à Belfast... C'est peut-être pas une si mauvaise chose cette confrontation avec le sombral... » Là dessus, Remus n'était que moyennement convaincu, voyez-vous. « J'ai l'impression d'avoir surmonté mes peurs. Peut-être que ça ne durera pas mais grâce à toi... Et grâce à tout ça, j'ai l'impression d'être apaisée... Merci.. Merci... » Sa voix était entrecoupée de sanglots. Mais avant que Remus n'ait pu dire quoique ce soit, Marlène s'était redressée, et avait collé ses lèvres à celles de Remus.

Pendant un instant, Remus fut surpris. Peut-être un peu choqué. C'était la deuxième fois qu'elle lui faisait le coup ! Mais si autant la première fois pouvait passer pour une petite provocation, cette fois-ci, c'était autre chose. Il retrouva bien vite ses esprits, ceci dit. Il fallait la repousser. Doucement, il détacha ses lèvres des siennes, et recula légèrement. Ils étaient toujours très proches l'un de l'autre – depuis quand Remus laissait-il une telle promiscuité s'installer ? Il passa inconsciemment sa langue sur ses propres lèvres. Elles avaient le goût salé des larmes de Marlène. « Marlène... » commença-t-il dans un souffle. Il fallait mettre les choses au clair, et il fallait le faire maintenant. Une des mains de Remus alla essuyer une larme qui coulait sur la joue de la jeune fille, tandis que de l'autre, il prenait une de ses mains. « S'il te plait, ne fais pas ça. » Sa voix n'était pas dure, c'était presque une supplique. Un simple murmure. Certains pouvaient se demander pourquoi et comment il pouvait résister. D'autres auraient eu moins de scrupules, lorsqu'une belle jeune fille les embrassait. Mais Remus n'était pas de ceux là. Sa main était restée sur la joue de la jolie Gryffondor, et son regard ambré s'était logé dans celui de Marlène.

On dit souvent qu'il existe trois raisons pour tout. La première raison, c'est celle que l'on donne aux autres. « Marly, je ne suis pas... Je ne suis pas celui qu'il te faut. Je ne suis que ton ami. N'est-ce pas ? » La seconde raison, c'est celle que l'on se donne à soi-même. Je suis un monstre. La troisième et dernière raison, est la vraie raison. Il avait peur qu'elle se joue de lui. Il savait comment Marlène se comportait avec les hommes en général. Et même s'il se doutait qu'avec ce qu'il s'était passé ce soir, elle ne le voyait plus comme une proie, il ne pouvait s'empêcher de se dire qu'être avec quelqu'un, c'était lui donner des armes pour qu'il nous blesse. Sirius, James, et Peter étaient une menace suffisante à ce niveau là, il n'avait pas besoin d'autre chose, merci bien. Parce que si Marlène apprenait ce qu'il était réellement, nul doute qu'elle le rejetterait.
Pendant un instant, il vit ce à quoi cela ressemblerait. Le regard toujours perdu dans celui de Marlène, il pouvait parfaitement imaginer ce regard s'emplir de dégout, et de colère, et sa jolie bouche s'animer pour le traiter de « monstre ». Un frisson lui parcourut l'échine, et inconsciemment il relâcha sa main et sa joue. Lorsqu'il s'en rendit compte, il lui adressa un petit sourire qui se voulait encourageant. Mais cette image l'obsédait désormais. Pourquoi l'avait-il laissée approcher ? Si Marlène avait abaissé ses barrières ce soir, étrangement Remus en avait fait autant.

« Je suis là pour toi, dès que tu en as besoin. » reprit-il, avec une douceur infinie. « Mais pas besoin de me sauter dessus pour me remercier, Marly. » Il y avait un peu d'amusement dans sa voix. Il optait pour la méthode James. Faire de l'humour pour tenter de s'en sortir. Il n'était pas sûr de bien réussir, ceci dit.


(c) alysha

_________________
    Remus J. Lupin
    Weep for yourself, my man, you'll never be what is in your heart. Weep, little lion man, you're not as brave as you were at the start. Take all the courage you have left, wasted on fixing all the problems that you made in your own head
Revenir en haut Aller en bas




Invité


MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Mar 25 Juin - 14:22


Silent Shadows

Ses lèvres contre les siennes, Marlène Mc Kinnon avait donné un baiser sincère et tendre au jeune homme. Un baiser comme elle ne donnait à personne d’autres, peut-être parce qu’elle n’était reconnaissante qu’envers lui et qu’il venait de la sauver pour la deuxième voire troisième fois si on additionne cette soirée coincée devant le dortoir de Gryffondor en nuisette, le filet du diable et l’aventure avec le Sombral Mais c’était bien la première fois que ses baisers avaient cette douceur. Avec Sirius tout n’était qu’un jeu, et quoi qu’il en soit elle ne pouvait pas s’attendre à plus de sa part, quand bien même elle n’arriverait jamais à lui faire confiance. Avec Rémus elle avait eu le malheur de s’égarer un instant pour un « peut-être » qui n’aura jamais lieu. Quelle idiote. Elle lui avait montré ses faiblesses, et avait tenté de s’ouvrir à quelqu’un après toutes ces années difficiles à vivre, à se construire une forteresse pour ne pas souffrir. Lorsqu’il s’écarta, un simple « évidemment » lui traversa l’esprit. Elle s’en voulait d’avoir franchi les limites qu’elle s’était imposée et un faible sourire se dessina au coin de ses lèvres. C’était ce genre de sourires qui voulait dire « je le savais ». « S'il te plait, ne fais pas ça. » résonna en elle comme un couperet sur sa nuque.

Marlène s’en était toujours doutée, elle n’était pas irrésistible, et elle l’était encore moins pour les garçons qui arrivaient à passer les frontières de son muscle qui lui servait de cœur. Gênée, elle détourna le regard en feintant de s’intéresser de nouveau aux Sombrals et à la forêt. A ce moment précis elle se demandait s’il n’aurait pas été préférable de se retrouver dans une ruelle avec des vampires. Et pour qu’elle ait ce genre de pensées il en fallait pourtant beaucoup. « Marly, je ne suis pas... Je ne suis pas celui qu'il te faut. Je ne suis que ton ami. N'est-ce pas ? ».

-Non… c’est vrai. Personne n’est fait pour moi… je devrais retourner jouer avec Sirius… je devrais me contenter du peu d’importance qu’il me donne quand il n’est pas avec une autre fille…

Des pensées traversèrent l’esprit de la ravissante brune. Elle se comparait ni plus ni moins à un monstre de foire qu’on aime conquérir puis exhiber, exploiter puis jeter. De toute façon les hommes étaient tous les mêmes n’est-ce pas ? A se battre pour ce qu’ils ne peuvent pas avoir et à s’en débarrasser lorsqu’ils en ont fait le tour. Pourquoi semblait-elle découvrir tout ça ? Sûrement parce qu’elle avait espéré au fond d’elle que Rémus était différent des autres garçons. « Je suis là pour toi, dès que tu en as besoin. » la phrase de trop qui poussa la jeune femme à se lever toujours en évitant son regard. Elle passa le revers de sa main droite sur ses joues encore humides de larmes. « Mais pas besoin de me sauter dessus pour me remercier, Marly. ». Finalement, Marlène lui avait peut-être trop accordée sa confiance, l’envie de le prévenir lorsqu’elle sortirait se dissipa aussitôt et un mélange de colère et de détresse grondait en elle. Marly n’en avait que faire du ton sur lequel Rémus venait de prononcer sa dernière phrase pour ‘détendre l’atmosphère’.

-Oublie ce qui s’est passé ce soir… c’était une erreur…

Alors, la jeune femme osa plonger ses yeux dans les siens en espérant y trouver une once d’espoir et une larme la prit en traitre en dévalant les courbes de sa joue lentement.

-Comment j’ai pu penser un instant que…

Son cœur se serra brusquement et la fatigue n’arrangeait rien. Son regard dévia encore sur le sol puis sur la forêt.

-J’ai mon balai je vais rentrer seule… oublie tout s’il te plait…

Mais elle, arrivera-t-elle à tout oublier aussi facilement ? Avec un sort ou deux ça devrait pouvoir se faire après tout.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Gryffondor

avatar


Remus J. Lupin


Ϟ ARRIVÉE A LONDRES :   29/05/2013
Ϟ PARCHEMINS :   101
Ϟ ANNÉE :   6ème
Ϟ BAGUETTE :   Bois de cerisier, crin de licorne
Ϟ EPOUVANTARD :   La pleine lune, et ses trois meilleurs amis morts.
MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Mar 25 Juin - 15:50



Silent Shadows


feat Marlène&Remus


Tout ceci était une erreur. Du moment où Remus avait laissé approcher Marlène, son baiser, lui qui la repoussait... Et désormais, elle détournait le regard, et il sentait bien qu'il l'avait blessée. De ce qu'il savait de Marlène McKinnon, la blesser était quelque chose que désormais peu parvenaient à faire, et qui n'était définitivement pas quelque chose de conseillé. Remus sentit la culpabilité étreindre son esprit. « Non... C'est vrai. Personne n'est fait pour moi... Je devrais retourner jouer avec Sirius... Je devrais me contenter du peu d'importance qu'il me donne quand il n'est pas avec une autre fille... » Remus secoua la tête. Il se doutait qu'il y avait quelque chose entre Sirius et elle. Mais jouait-il avec elle ? Remus ne pouvait le dire. Il n'avait jamais cautionné la façon dont son meilleur ami se comportait avec les demoiselles. Mais qu'y pouvait-il ? Ce n'était pas comme s'il l'écoutait. Et pourtant, son instinct lui disait que Sirius faisait un peu plus que jouer avec Marlène. Elle était probablement plus importante que ce qu'elle ne pensait. Sauf que ce n'était pas dans le caractère de Sirius de parler de cela, encore moins avec l'intéressée. Décidément, Sirius et Marlène se ressemblaient bien plus qu'ils ne voudraient l'admettre.

Lorsque Marlène se releva subitement, Remus suivit le mouvement. Debout, il la dépassait un peu. Il cherchait à capter son regard – voilà une première – mais n'y parvenait pas. La situation lui échappait totalement. Et il avait eu le malheur de vouloir faire un semblant d'humour. Bravo Remus, ne fais plus jamais ça, bougre d'imbécile, pensa-t-il, furieux. Il avait senti Marlène se tendre presque immédiatement. Elle se tenait encore près de lui, assez près pour qu'il puisse sentir la tension qui régnait alors. « Oublie ce qu'il s'est passé ce soir... C'était une erreur... » Une erreur ? Oui, en effet. Mais encore une fois, peut-être que Marlène et Remus n'étaient pas d'accord sur l'erreur. Marlène replongea son regard dans celui de Remus, le prenant au dépourvu. Si l'on croyait réellement que les yeux étaient le miroir de l'âme, et des humeurs, tout ce que Marlène avait dû voir, c'était de la colère. Mais nul doute qu'elle n'allait pas l'interpréter correctement. Remus était en colère contre lui-même, en aucun cas contre Marlène. Un peu agacé, peut-être, mais pas en colère. « Comment j'ai pu penser un instant que... » Et elle tournait encore la tête, regardant plus loin. « Que quoi, Marlène, que quoi ? » demanda Remus, brusquement. Il changeait d'humeur trop vite, la pleine lune approchait, c'était mauvais. Il fallait qu'il se calme. Son ton était dur, et à la fois désespéré. Il la suppliait intérieurement de lui répondre, de ne pas le laisser ainsi, dans l'incompréhension la plus totale.
Oui, Remus Lupin était un abruti lorsqu'il s'agissait de sentiments.

« J'ai mon balai, je vais rentrer seule... Oublie tout s'il te plait... » Oh, mais il n'allait pas la laisser partir ainsi. Avant qu'elle ait pu faire un geste, Remus avait attrapé son poignet, pour l'empêcher de fuir. La pression était forte sans l'être assez pour lui faire mal. Ce n'était pas son but, il voulait juste... La retenir. « Non, Marlène. » Il était déterminé. Quelque chose flamboyait au fond de ses yeux. Elle allait peut-être se mettre en colère, mais il s'en moquait. Peut-être que le loup commençait à prendre trop de place, ou peut-être se mélangeait-il trop à lui, il n'en savait rien. Mais il n'était pas dangereux, n'est-ce pas ?
Constatant que Marlène refusait de le regarder dans les yeux, ou même juste de le regarder tout court, de sa main libre, il lui fit doucement tourner la tête, la main posée sur sa joue. Une larme y roulait encore. « Je ne pourrai pas oublier quoique ce soit. » Sauf si elle lui lançait un sort. Et il espérait vraiment pour elle que cette idée n'allait pas lui venir en tête. « Par Merlin, qu'est-ce-que tu attends de moi ? »souffla-t-il. Agacé, désespéré. Il ne comprenait pas. « Tu es avec Sirius, ou je ne sais pas quel genre de relation vous entretenez tous les deux, et ça ne me regarde absolument pas. Mais qu'est-ce que tu attends de moi, au juste ? » Attendait-elle qu'il soit un jouet ? Oh, comme Remus n'aimerait pas cela. Pas du tout. Mais à aucun moment, il ne lui venait à l'esprit qu'elle s'intéressait sincèrement à lui. Depuis le début, il avait pensé qu'il s'agissait de provocation. Il ne pensait pas pouvoir lui plaire. Après tout, il était ce garçon silencieux, avec ses vêtements fripés, et ses trop nombreuses cicatrices sur le corps... Sans compter les trois marques qui ornaient son visage. Oh ce qu'il pouvait les haïr, celles là. Comment pouvait-il espérer plaire à qui que ce soit, avec ce physique démoli ? Il serra le poignet de Marlène un peu plus fort, sans vraiment s'en rendre compte. La main qui était sur sa joue essuya doucement la larme qui s'était échappée, comme une traîtresse. Il ferma les yeux un moment, et soupira comme pour se calmer.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, il fixa le visage de Marlène. Même avec ses yeux rouges, elle restait belle. Sirius était un chanceux. Sirius avait toujours eu du goût, à vrai dire. Et lui, il pouvait avoir n'importe quelle fille. C'était une des cruelles différences entre Remus et lui. L'autre différence, c'était que Remus était une bête féroce. « Marlène. » reprit Remus, d'un ton un peu plus doux. « Je... je ne voulais pas te blesser. Je suis désolé. » Il se calmait un peu, on dirait ? Seulement en apparence. Il était toujours aussi furieux contre lui-même. Il relâcha son poignet. Et la main qui était sur sa joue tomba à son tour. « Si... Si tu veux y aller... » Il se montrait hésitant tout d'un coup. Comme s'il regrettait l'accès violent qu'il avait failli avoir. Faire peur à un sombral, c'était bien. Faire peur à une jeune fille émotionnellement instable, c'était moins bien. Et il n'osait plus vraiment la regarder.


(c) alysha

_________________
    Remus J. Lupin
    Weep for yourself, my man, you'll never be what is in your heart. Weep, little lion man, you're not as brave as you were at the start. Take all the courage you have left, wasted on fixing all the problems that you made in your own head
Revenir en haut Aller en bas




Invité


MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Mer 26 Juin - 0:04


Silent Shadows

Dites-lui que tout ceci n’est qu’un cauchemar, qu’elle n’avait pas osé franchir ce qu’elle s’était toujours imposée ? Pourtant elle s’était promis de ne plus souffrir. Elle ne voulait plus pleurer et ressentir ce déchirement au creux de ses entrailles comme si tout son être prenait feu. «Non, Marlène. ». Si son cœur avait pu exploser il l’aurait fait. La détermination de Rémus à la blesser encore plus qu’elle ne l’était déjà était incroyable. Marlène ne pouvait plus bouger, son cœur battait à tout rompre, sa respiration était saccadée. Elle n’avait pas peur de lui, mais peur d’être blessée et tout lui avouer serait porter le coup final à ce qu’elle avait mis tant de temps à reconstruire. Juste pour cette raison, elle le détestait de l’obliger à aller jusqu’au bout pour la jeter ensuite comme il venait de le faire avec le baiser. A dire vrai, la jeune femme n’osait plus bouger. Son visage se tourna vers le sien, forcée par la main du jeune homme. Personne n’avait ce droit sur elle… personne. Alors elle ne cessait de se répéter « Il est comme tous les autres ». « Je ne pourrai pas oublier quoique ce soit. » Bien sûr, c’est évident, monsieur devait aussi avoir un égo surdimensionné. A quoi bon lui expliquer ce qu’elle ressentait si c’était pour qu’elle se fasse jeter ? Si Sirius l’apprend il pourrait bien se moquer d’elle jusqu’à la fin de sa scolarité et si elle pouvait oublier ce qui venait de se passer ce soir, ça l’arrangerait beaucoup.

Le flot de paroles qui suivit n’arrangea pas la colère et la tristesse qui s’animaient en elle. C’était la première fois qu’elle arrivait à attirer son attention et à le faire réagir de la sorte mais elle ne s’était jamais imaginée qu’il réagirait ainsi. Son poignet était prisonnier de sa main qui se serrait encore un peu plus. Il avait de la force et devait sacrément lui en vouloir pour réagir aussi violemment, lui qui était d’ordinaire si calme. Et elle ? Elle n’osait rien répondre à tout ça, elle était pétrifiée, chaque mot, chaque lettre prononcée résulterait d’un choix de sa part et pourrait avoir d’énormes conséquences sur le futur. La belle brune n’était pas en mesure de répondre clairement à ses questions, pourtant elle allait bien y être obligée. « Je... je ne voulais pas te blesser. Je suis désolé. » Facile à dire.

-Ce que… ce que j’attends de toi ?...

Devait-elle jouer la comédie ? Est-ce qu’il le remarquerait ? Pourtant elle était une très bonne manipulatrice mais tout ça était beaucoup trop risqué. Alors elle s’écarta, un pas puis deux et se passa la main sur la nuque afin de reprendre ses esprits. Au fond ce n’était pas une si mauvaise chose qu’il ait réagi à son comportement, ça montrait qu’il n’était pas le préfet modèle qu’elle s’était imaginée. Alors elle sortit sa baguette pour la brandir devant elle en direction du jeune homme.

-Je m’étais jurée de ne rien dire mais si je joue la comédie tu le devineras, t’es pas idiot alors… je prends mes précautions juste au cas où… je connais un très bon sortilège d’amnésie pour toi… et pour moi… il me servira une fois que j’aurai fini…

Angoissée, elle secoua légèrement la tête pour reprendre ses esprits. Plus aucune larme ne coulera sur ses joues, il devait aussi y avoir un sort pour avoir un cœur de pierre, ça pourrait sacrément l'aider.

-Je ne suis pas avec Sirius… je ne le serai jamais… enfin… ça ne te regarde pas comme tu dis mais je me demande comment j’ai pu penser une seule seconde que tu étais différent des autres garçons et que je pouvais te plaire… Je n’attends rien de toi, vraiment rien… c’est juste que… que…

C’était difficile à cracher. Surtout lorsqu’on connait déjà la réponse et les conséquences d’un tel discours. La jolie brune lâcha brusquement sa baguette au sol et prit son visage dans ses mains pour ensuite se tapoter les pomettes en grimaçant pour ne pas pleurer à nouveau, ce qui était plutôt mignon comme attitude malgré elle.

-J’ai des sentiments pour toi… je l’ai découvert cet été parce que… aish je suis ridicule…

Elle regarda ses pieds comme s’ils allaient l’aider à se sortir de cette situation. A la rigueur pourquoi pas, la fuite pourrait régler pas mal de problèmes.

-J’ai rêvé de toi… tu étais sous la forme d’un loup garou, ce qui est absurde je suis désolée… et… tu me sauvais dans la forêt interdite et quand tu m’as serré dans tes bras mon cœur s’est remis à battre… j’ai honte…

Marlène fit volte-face pour cacher sa gêne, dos à lui ça serait peut-être plus facile.

-Quand je me suis réveillée j’ai commencé à penser à toi… anormalement. Et j’avais qu’une envie… te retrouver à Poudlard et voir s’il se passerait quelque chose. Mais rien… alors j’ai tout fait pour attirer ton attention… pardon pour la tâche sur ton uniforme et… le trou… je ne voulais pas mettre le feu à tes vêtements… je me suis trompée de formule j’ai paniqué…

Elle avait oublié sa baguette à ses pieds. La lune était voilée et des gouttes commençaient à s’écraser au sol. Mais peu importe, elle devait finir pour se débarrasser de tout ça.

-Je ne joue pas avec toi… tu es le seul garçon de Poudlard avec qui je n’ai vraiment pas envie de jouer… j’aurais aimé qu’il en soit autrement, ça aurait été moins douloureux mais… j’y arrive pas… et ce soir j’ai fait un amalgame avec mon rêve et j’ai cru que…

La réponse se laissait deviner facilement. Elle avait cru qu’il accepterait son baiser et apaiserait ses craintes. Quelle idiote elle faisait avec sa déclaration à deux noises et demi. Sans le regarder elle se retourna et se baissa pour attraper sa baguette mais elle resta bloquée au sol, ses jambes étaient lourdes et un immense poids pesait sur elle, le poids de la honte et de l’abandon qui l'empêchaient de se relever. Elle devait dire adieu à ses sentiments.

-Je préfère ne pas entendre ce que tu as à dire, je connais déjà la réponse à tout ça, je ne veux pas entendre l’éternel « restons amis, c'est ce qui est mieux pour nous » qui m’a déjà brisé le cœur une fois dans ma vie. Je préfère oublier Rémus…

Tête baissée, accroupie au sol la main sur sa baguette. Marlène avait les cheveux trempés à cause de la pluie qui inondait la forêt. Elle aimait la pluie, ça l’avait toujours rassuré, et elle était là au bon moment. De toute façon ses histoires de cœur n’étaient vouées qu’à un sempiternel échec.

-Je n'attends rien de toi… vraiment rien…

Termina-t-elle en se souvenant des mots du jeune homme « qu’attends-tu de moi ? ». Sa voix avait presque finie dans un murmure et un soupir. A cause de toute cette histoire, elle se rendait compte qu’elle ne pouvait même plus avoir confiance en elle-même.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Gryffondor

avatar


Remus J. Lupin


Ϟ ARRIVÉE A LONDRES :   29/05/2013
Ϟ PARCHEMINS :   101
Ϟ ANNÉE :   6ème
Ϟ BAGUETTE :   Bois de cerisier, crin de licorne
Ϟ EPOUVANTARD :   La pleine lune, et ses trois meilleurs amis morts.
MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Mer 26 Juin - 11:50



Silent Shadows


feat Marlène&Remus


Dire qu'il ne s'y attendait pas aurait été un mensonge éhonté. Bien sûr que Remus s'attendait à ce que Marlène prenne ses distances. Du moment où il l'avait lâchée, il s'attendait à ce qu'elle parte, qu'elle retourne au château, et qu'elle le laisse là, seul. Il avait eu tort de s'emporter, il le savait. Mais, enfin, il faut le comprendre. Remus n'était pas quelqu'un qui avait confiance en lui. Alors, lorsque l'une des plus jolies jeunes filles de Poudlard lui sautait dessus, deux fois, il pensait voir là de la provocation, rien de plus. D'autant plus quand cette jeune fille flirtait avec Sirius Black. Du coup, lorsqu'elle recula de quelques pas, il détourna le regard, et fixa un point, un peu à côté des chaussures de Marlène. Et tout d'un coup, le caillou qui se trouvait là, était devenu le caillou le plus intéressant au monde. Il ne voulait pas faire face à Marlène, il était allé trop loin, et il le savait. Et pourtant, elle ne partait pas. Elle restait là. Par contre, ce à quoi il ne s'attendait pas, c'était à ce qu'elle sorte sa baguette. Allait-elle l'attaquer ? Okay, il l'avait peut-être un peu mérité, mais bon... Il hésitait sur la marche à suivre. Devait-il sortir la sienne pour se défendre au cas où ? Elle risquait de mal le prendre, et il n'avait aucune envie de lui jeter un sort. Mieux valait donc rester là, sans la sortir, et accepter la sentence qui allait tomber. Et il s'attendait à ce que Marlène lu jette un sort immédiatement, mais ce fut autre chose qui vint. « Je m'étais jurée de rien dire... » Des confidences, à nouveau ? Inconsciemment, il releva la tête, pour faire face à Marlène. Un très bon sortilège d'amnésie ? Oh, non, ça ça ne l'amusait absolument pas. Remus n'aimait déjà pas beaucoup que l'on lui lance des sorts, mais alors que l'on touche à sa mémoire, encore moins ! Pourtant, il ne dit rien, attendant la suite, sourcils froncés. « Je me demande comment j'ai pu penser une seule seconde que tu étais différent des autres garçons et que je pouvais te plaire... » Pendant un instant, la mâchoire de Remus s'ouvrit, sans qu'il ne put rien y faire. La surprise, sans nul doute. Qu'est ce qu'elle venait de dire là ? Différent des autres garçons ? Si c'était sensé signifier différent de Potter et Black, oui, en effet, il était pire. Et elle remettait aussi en doute le fait qu'elle lui plaisait. Alors ça, c'était la meilleure. Bien sûr qu'elle lui plaisait. A qui ne plaisait-elle pas ?

A nouveau, elle le sortit de ses pensées, en laissant tomber sa baguette – un soulagement – et en se tapotant les pommettes. Remus ne put s'empêcher de sourire, attendri. Ce n'était certes pas le moment, mais elle était mignonne comme ça. « J'ai des sentiments pour toi. » Voilà qui était moins mignon et qui fit perdre le sourire immédiatement à Remus. Ce coup-ci, il ne comprenait vraiment plus rien. Pourquoi diable n'avait-il pas quelqu'un pour l'aider dans ce genre de cas ? Comme... Noée, par exemple, qui s'en sortirait tellement mieux que lui. Il s'égarait là. Il du faire un effort pour se concentrer de nouveau sur ce que lui disait Marlène. « J'ai rêvé de toi... Tu étais sous la forme d'un loup garou. » A cet instant précis, Remus perdit tout le peu de couleur qu'il restait sur son visage. Le mot loup garou avait un drôle d'effet sur lui, si l'on y pensait. Ses mains tremblaient de façon imperceptible, et toute émotion qu'il eut pu ressentir la seconde précédente laissa place à la paranoïa. Il passa dans sa tête tous les scénarios possibles et inimaginables de « Sirius lui a dit » a « Elle est voyante » ! Mais elle trouvait ça absurde. Elle n'y croyait donc pas. Son inconscient lui criait que Remus était un danger, et elle, elle trouvait ça absurde ! Heureusement qu'elle lui tournait le dos. Comme ça, elle ne voyait pas son teint clairement maladif et ses mains agitées de tremblements un poil trop violent. « J'ai tout fait pour attirer ton attention » Oh. Voilà qu'elle s'excusait de toutes les petites choses qui l'avaient mise sur sa route. Mettre le feu à ses vêtements l'avait fait rire, après coup, une fois qu'il s'était éteint. Il n'avait même pas paniqué. Les gouttes de pluie qui commencèrent à tomber sur sa tête le ramenèrent au présent. « Je ne joue pas avec toi... Tu es le seul garçon de Poudlard avec qui je n'ai vraiment pas envie de jouer... »
Remus ne savait vraiment plus quoi penser. Il était là, au milieu de la forêt interdite, avec Marlène McKinnon qui lui disait qu'elle ne voulait pas jouer avec lui, parce qu'elle avait rêvé qu'il était un loup garou. Non, même une fois résumé, ça lui paraissait trop étrange. Lorsqu'elle revint vers sa baguette, il fit doucement un pas en avant, mais sa voix l'empêcha d'aller plus loin. « Je ne veux pas entendre l'éternel « restons amis c'est ce qui est mieux pour nous » qui m'a déjà brisé le cœur une fois dans ma vie. » Il n'allait pas le dire. En fait, il ne savait littéralement pas quoi dire. Il avait fini par fermer la bouche, mais il était encore assez pâle, et encore un peu tremblant.

La pluie tombait drue. Comment avait-on pu passer d'une soirée sans nuage, la lune qui éclairait le parc, à ce déluge ? Le temps Anglais, mes bons amis, c'était quelque chose de particulier. Et Remus était trempé. Un vrai chien mouillé. Enfin, plus un loup misérable tout mouillé.

Enfin, il réagit. Marlène était toujours accroupie par terre, sans bouger, la main sur la baguette. Il poussa un léger souffle, et s'approcha doucement. Il se pencha, et se laissa tomber à genoux sur le sol, juste devant elle. Le sol se métamorphosait en boue sous eux, mais il s'en moquait. Il allait tâcher son pantalon, et après quelle importance ? Avec une infinie douceur, qui contrastait totalement avec son accès de colère précédent, il attrapa une main de Marlène, et la tira un tout petit peu plus contre lui. Voyant qu'elle semblait faible et qu'elle ne bougeait pas, il l'attira carrément, et la serra contre lui. Même à genoux ainsi, il la dépassait d'une tête. Il resta silencieux un instant, Marlène dans ses bras. « Marlène... » Ce n'était qu'un souffle, et sa voix paraissait un peu cassée, comme s'il avait du mal à parler. Il posa son menton sur le sommet du crâne de Marlène. « Je... Je ne peux pas t'obliger à ne pas me faire oublier cette soirée. J'aimerais que tu ne le fasse pas ceci étant. » Il poussa un petit soupir, et serra Marlène un peu plus contre lui. « Je ne m'attendais pas à ce que les choses prennent cette tournure. » Ca, c'était le moins que l'on puisse dire.

Et maintenant, qu'allait-il faire ? Que devait-il faire ? Il était tout simplement perdu. D'un côté, il y avait Marlène qui éprouvait quelque chose pour lui. De l'autre côté, elle était avec Sirius – enfin plus ou moins – et Sirius était un meilleur ami, et en plus, il était un loup-garou, avec des cicatrices absolument partout. Il avait beau peser le pour et le contre, il en revenait toujours au même point : que devait-il faire ? Où était le juste, dans tout cela ? « Marly, tu... Tu ne sais pas grand chose de moi. Tu as peut-être une vision faussée de moi. Je ne suis pas... Enfin... Tu pourrais regretter... Oh, je sais, tu regrettes déjà tout ce qu'il s'est passé ! » lança-t-il avant qu'elle ne puisse l'interrompre. Il ne parlait pas de cela. Il ne voulait pas lui dire ce qu'il était, il avait terriblement peur. Peur qu'elle le rejette. Et puis, il ne savait même pas si ses sentiments étaient réciproques ! Il s'empêchait d'apprécier les gens depuis toujours, comment aurait-il pu le savoir ? « Et puis, il y a Sirius... C'est mon meilleur ami... » murmura-t-il. C'était une excuse, mais pas que. Il se doutait que Sirius n'aurait pas aimé qu'il lui vole Marlène, comme ça. « Marlène... » Il baissa la tête vers elle, dans l'espoir de voir son visage, comme s'il pouvait trouver la réponse ultime dans ce joli visage triste.


(c) alysha

_________________
    Remus J. Lupin
    Weep for yourself, my man, you'll never be what is in your heart. Weep, little lion man, you're not as brave as you were at the start. Take all the courage you have left, wasted on fixing all the problems that you made in your own head
Revenir en haut Aller en bas




Invité


MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   Jeu 27 Juin - 11:28


Silent Shadows

Pourquoi est-ce que le bonheur lui échappait constamment ? Marlène avait toujours vécu sa vie en n’étant qu’une simple spectatrice, rêvant d’un premier rôle qu’elle n’obtiendrait sans doute jamais. Comme si sa vie n’était qu’une mélodie incomplète. A chaque fois qu’elle essayait de terminer la partition pour apprécier entièrement toutes les notes dans leur ensemble, quelque chose s’interposait et ruinait son bonheur. Comme si on lui disait « non, toi tu n’as pas le droit à ça, tu le sais pourtant ». Mais elle n’avait pas envie de baisser les bras, même si c’était affreusement douloureux, elle se disait au fond d’elle qu’il y aurait bien une petit place pour elle quelque part. En voyant ses réactions ce soir, il était facile de deviner qu’elle n’était pas la peste qu’elle prétendait être. En règle générale, Marlène MC Kinnon aimait contrôler la situation pour armer son bouclier et se tenir prête en cas de chute. Mais ce soir ressemblait beaucoup trop au soir à Poudlard en première année qui avait été un tournant décisif dans sa vie et dans son comportement. Ce même soir où l’homme qu’elle aimait, jeune prof à Poudlard, l’avait repoussé et humilié. Depuis, elle s’était promise de ne plus jamais laisser parler ses sentiments pour elle. Du moins jusqu’à ce soir.

En le voyant dans la forêt elle ne s’était pas dit qu’elle allait tout lui révéler, elle avait même essayé d’être froide envers Rémus, mais en la sauvant une première fois, en la rassurant, en la sauvant une seconde fois et en la prenant dans ses bras, elle avait craqué. A ça s’ajoute la peur de ses souvenirs, la fatigue, la confiance et confidence qui s’étaient installées entre eux et BAM le mélange avait été explosif, brisant ainsi la muraille qu’elle avait mis tant de temps à construire. En ce début d’année elle s’était dit une bonne centaine de fois « Pourquoi lui ? Contente-toi de Sirius, idiote ». Mais elle avait été forcée de constater qu’on ne choisissait pas la personne qui faisait battre notre cœur. Tout était passé si vite qu’elle n’avait pas vu cette attaque venir. Son cœur avait pris le pas sur sa raison, la désarmant complètement face au jeune homme charmant qui la rendait toute chose.

Au sol, le poids du monde semblait peser sur ses épaules. Les gouttes devaient faire 1 litre pour qu’elle soit aussi trempée et épuisée d’un coup. Son regard se perdit sur une flaque au sol, existait-il une formule pour rejoindre toutes ses gouttes ? Se métamorphoser pour ne plus devoir affronter le regard de Rémus, ne plus le voir sourire, ne plus entendre le son de sa voix, ne plus chercher constamment un moyen d’attirer son attention. En rêve, ce loup garou avait été rassurant, elle n’en avait pas eu peur, peut-être parce qu’il ne s’agissait que d’un rêve mais le voir sous cette forme ne l’avait pas gêné.

Elle aurait tout donné à cet instant pour que Rémus s’en aille. Mais au lieu de ça le jeune homme fit preuve de pitié et la blessa à nouveau poussant de nouvelles larmes à dévaler ses joues roses. En se mettant au sol face à elle, une bribe d’espoir s’empara de tout son être et elle se surprit à penser « si seulement… » alors qu’elle savait très bien qu’il n’allait pas s’inventer des sentiments pour elle maintenant. Pétrifiée, Marlène se retrouva contre son torse. Son odeur, les courbes de son corps tout ce qui faisait battre son cœur à vive allure. Il la prenait en traitre, il la poignardait encore et encore avec une infinie maladresse. « Je... Je ne peux pas t'obliger à ne pas me faire oublier cette soirée. J'aimerais que tu ne le fasses pas ceci étant. » Lancer un sort à un autre élève, à un préfet, ce n’était pas la décision la plus sage qu’elle ait pu faire dans sa vie mais vivre avec ça sur la conscience, sa pitié au fond de ses yeux et ce malaise qu’il ait vu qui elle était réellement allait être un énorme fardeau à porter. Non, Marly ne cautionnait pas ça, elle ne souhaitait pas qu’il la côtoie encore comme si de rien n’était. Parce que pour elle, il n’était pas n’importe quel garçon. Il était LE Rémus Lupin qui hantait ses nuits, qui arrivait à se faufiler même dans ses baisers avec Sirius. Et ces matins où elle se réveillait en se disant « ce matin, je vais le voir », ça en devenait tellement ridicule qu’elle se haissait de jour en jour. A présent elle avait un poids en moins à porter, mais elle allait devoir en assumer les conséquences.

La belle brune n’était pas croyante, pourtant elle priait pour que Rémus se taise, pour qu’il ne l’humilie pas à nouveau. Elle ne voulait pas entendre certains mots, elle en avait fait des cauchemars depuis ce début d’année à Poudlard. Et pourtant… « Marly, tu... Tu ne sais pas grand chose de moi. Tu as peut-être une vision faussée de moi. Je ne suis pas... Enfin... Tu pourrais regretter... Oh, je sais, tu regrettes déjà tout ce qu'il s'est passé ! ». Ses mains agrippèrent le haut de Rémus et elle se mordilla la lèvre inférieure. Il n’avait pas de sentiments pour elle, c’était évident, il ne s’agissait donc que de compassion et c’était terriblement douloureux. « Et puis, il y a Sirius... C'est mon meilleur ami... ». Quand elle croisa à nouveau son regard la jeune femme crut mourir intérieurement.

-Rémus… je ne suis pas avec Sirius… je n’ai aucun sentiment pour lui et lui n’en a aucun pour moi… je t’ai dit que je n’attendais rien de ta part et ta pitié me fait terriblement mal au cœur… je ne vais pas t’effacer la mémoire mais s’il te plait n’en parle à personne… je n’oublierai pas non plus…

Une de ses mains vint se poser sur une joue du jeune homme.

-Je n’abandonnerai pas mes sentiments… je n’y arriverai pas cette fois. Je comprends que tu ne veuilles pas de moi, je t’ai vraiment donné une mauvaise image de moi… je couche avec ton meilleur ami, on ne peut pas faire pire comme situation. Mais…

Gênée par ce qu’elle vient d’admettre, elle prit la main droite de Rémus pour la poser sur son cœur.

-Quand je suis près de toi je me sens en sécurité, ce… n’est pas grave si tu n’as aucun sentiment pour moi, je ne peux pas te demander d’en avoir du jour au lendemain en claquant des doigts.

Ses mèches de cheveux lui collaient au visage. Si elle avait voulu rêver de cette scène, elle n’aurait pas fait mieux.

-On est à Gryffondor ensemble… dans la même classe… ça me suffit…

Ce n’était pas très convainquant mais elle essayait de s’en convaincre elle-même. Un magnifique sourire illumina alors son visage. Marlène voulait le rassurer, il avait tant fait pour elle ce soir.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Silent Shadows [Rémus/Marlène]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Silent Shadows [Rémus/Marlène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Silent Hill -Film
» eyleen ceallacháin ; half in the shadows, half burned in flames
» Zachariah ► Silent voice.
» Marlène • We all are living in a dream
» HOW COULD CANADA HELP HAITI ? (VIDEO)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feudeymon ::  :: Oubliettes-